La plupart des groupes européens actifs dans l'énergie sortent d'un trimestre décevant. Total, BP et ENI ont enregistré des bénéfices en net repli, alors que le groupe norvégien Statoil a même essuyé une perte. Le constat reste étonnant : les marges bénéficiaires des grands groupes pétroliers sont en moyenne plus faibles qu'il y a dix ans, alors que le pétrole brut coûtait moitié moins cher à l'époque. RoyalDutch Shell est allé à l'encontre de la tendance et a publié de bons résultats pour le troisième trimestre d'affilée. Le bénéfice Current Cost of Supply ou CCS, pour lequel on ne tient pas compte des éléments uniques et de la valorisation des stocks, a progressé à 5,8 milliar...