Le groupe pétrolier et gazier néerlando-britannique Royal Dutch Shell (ci-après, RDS) se distingue de ses concurrents depuis plusieurs décennies déjà grâce au dividende stable, sinon en hausse, qu'il verse. Après le rachat de BG Group en 2016, il avait promis, parallèlement au versement du dividende, de lancer un programme de rachats d'actions à hauteur de 25 milliards de dollars. Il aura fallu attendre l'été 2018 pour que celui-ci démarre. A ce jour, RDS a racheté pour 12 milliards de dollars de ses titres. Une nouvelle tranche de 2,75 milliards de dollars court jusqu'au 27 janvier. Alors que le groupe souhaitait clore ce programme fin 2020, la directrice financière, Jessica Uhl, vient d'indiquer que les rachats pourraient, selon l'évolution de l'offre et la d...