Il y a six mois, Royal Dutch Shell prenait le marché de court en amputant son dividende de deux tiers après l'effondrement des cours du pétrole et la forte baisse de la demande sur fond de crise sanitaire. Shell a réduit son endettement et sécurisé un certain nombre d'investissements stratégiques. Depuis, le baril de brut fluctue à nouveau autour de 40 dollars et Shell respire un peu mieux. Dorénavant, le groupe distribuera 20 à 30% de son cash-flow opérationnel sous la forme de dividendes et de rachats d'actions; le reste sera affecté aux investissements et à l'allègement de la dette. Le dividende trimestriel (payable le 16/12) a été relevé de 4%, à 0,1665 dollar.
...

Il y a six mois, Royal Dutch Shell prenait le marché de court en amputant son dividende de deux tiers après l'effondrement des cours du pétrole et la forte baisse de la demande sur fond de crise sanitaire. Shell a réduit son endettement et sécurisé un certain nombre d'investissements stratégiques. Depuis, le baril de brut fluctue à nouveau autour de 40 dollars et Shell respire un peu mieux. Dorénavant, le groupe distribuera 20 à 30% de son cash-flow opérationnel sous la forme de dividendes et de rachats d'actions; le reste sera affecté aux investissements et à l'allègement de la dette. Le dividende trimestriel (payable le 16/12) a été relevé de 4%, à 0,1665 dollar.Toute nouvelle hausse sera conditionnée à l'évolution de la trésorerie. Au 3e trimestre, le cash-flow opérationnel (Ebitda) a atteint 10,4 milliards de dollars (-15% en un an), et l'Ebitda cumulé de janvier à septembre, 27,8 milliards de dollars. Abstraction faite des investissements et intérêts, le cash-flow disponible atteint 13,6 milliards de dollars. La dette nette a été réduite de 77,8 à 73,5 milliards de dollars, le taux d'endettement de 32,7 à 31,4%; non réalisable à court terme, l'objectif de 25% a été abandonné et Shell vise désormais 65 milliards de dollars. Les dépenses d'investissement resteront inférieures à 20 milliards de dollars cette année, pour atteindre 19 à 22 milliards de dollars par la suite. Shell compte également vendre en moyenne pour 4 milliards de dollars d'actifs par an.A 955 millions de dollars, le bénéfice net ajusté du 3e trimestre est, même s'il a dépassé les attentes, inférieur de 80 % à son niveau d'un an auparavant. L'amont (production et exploration du pétrole brut) a plongé dans le rouge, à -884 millions de dollars (+833 millions, un an plus tôt!), du fait de la baisse des prix et des volumes de production (-14%) liée aux quotas imposés par l'Opep et aux mauvaises conditions climatiques dans le Golfe du Mexique, qui ont entraîné la fermeture temporaire des installations. Dans la division Integrated Gas, les bénéfices ont chuté de 71%, à 768 millions de dollars, en raison du recul des prix du gaz naturel liquéfié (GNL) et du gaz naturel, et d'une baisse de 12% de la production. Seule la chimie a augmenté son bénéfice, à 227 millions de dollars (+1%). En aval, les bénéfices ont reculé de 16%, à 1,68 milliard de dollars, en raison de l'érosion des marges de raffinage et des recettes de trading.Shell simplifiera cette année encore sa structure, avec trois divisions principales. L'amont se concentrera sur neuf actifs principaux qui, ensemble, fournissent plus de 80% du cash-flow opérationnel. Transition, dont l'objectif est de créer des synergies de coûts, regroupe le gaz, la chimie et le raffinage. Shell possède actuellement 14 raffineries, mais ne veut plus en détenir que six en 2025. Le pôle croissance comprend les énergies renouvelables, l'hydrogène, les biocarburants et la division marketing. Shell espère compenser toutes ses émissions à l'horizon 2050.Sur le plan opérationnel, aucune grande nouvelle n'a été annoncée au 3e trimestre, si ce n'est l'allègement de la dette. L'augmentation du dividende a surtout valeur symbolique, et du fait de la forte baisse du cours, le rendement reste attrayant. Dans un scénario de multiplication des mesures de relance économique, et de hausse de l'inflation, les prix énergétiques augmenteront également. Royal Dutch Shell est bien placée pour en tirer profit. A 0,8 fois sa valeur comptable et 0,6 fois son chiffre d'affaires, Shell a une valorisation attrayante. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 13,37 eurosTicker: RDSA NAMarché: Euronext AmsterdamCode ISIN: GB00B03MLX29Capit. boursière: 97 milliards EURC/B 2019: 13C/B attendu 2020: -Perf. cours sur 12 mois: -48%Perf. cours depuis le 01/01: -46%Rendement du dividende: 4,2%