Comme s'il n'avait pas suffisamment de problèmes, General Electric (GE) a encaissé un nouveau coup cet été: dans un volumineux rapport, Mark Markopolos, l'analyste financier qui avait dévoilé l'escroquerie (pyramide de Ponzi) de Bernard Madoff, l'a en effet accusé de fraude comptable. Il s'agit là d'un premier vrai test pour Lawrence Culp, qui dirige le conglomérat depuis un peu plus d'un an. Bien vu par les analystes et les investisseurs, l'homme, qui ne cache pas sa colère, évoque la manipulation de marché et la cupidité de Harry Markopolos. Lequel a en effet admis collaborer avec un hedge fund qui, ayant shorté l'action GE, a sans conteste intérêt à ce qu'elle s'effondre. Lawrence Culp a immédiatement acquis pour...