Deere & Company fut créée en 1837 par John Deere, un maréchal-ferrant qui s'était lancé dans la production de masse d'une charrue de son invention. Le segment agricole a assuré au cours du quatrième trimestre 75,2% du chiffre d'affaires (CA) du groupe, le reste provenant des matériaux de construction et du matériel forestier. A cela s'ajoute un pôle financier, spécialisé dans la mise en location et le leasing d'engins agricoles, principalement. La part des activités agricoles s'est amenuisée avec la reprise de l'allemand Wirtgen Group, l'acquisition la plus onéreuse de l'histoire de l'entreprise. Wirtgen propose des solutions pour la construction de routes, les mélanges d...

Deere & Company fut créée en 1837 par John Deere, un maréchal-ferrant qui s'était lancé dans la production de masse d'une charrue de son invention. Le segment agricole a assuré au cours du quatrième trimestre 75,2% du chiffre d'affaires (CA) du groupe, le reste provenant des matériaux de construction et du matériel forestier. A cela s'ajoute un pôle financier, spécialisé dans la mise en location et le leasing d'engins agricoles, principalement. La part des activités agricoles s'est amenuisée avec la reprise de l'allemand Wirtgen Group, l'acquisition la plus onéreuse de l'histoire de l'entreprise. Wirtgen propose des solutions pour la construction de routes, les mélanges d'asphaltes, etc., ce qui rend sa maison mère moins dépendante de l'activité, très cyclique, qu'est l'agriculture. Le quatrième trimestre s'est achevé sur un CA de 11,327 milliards de dollars, contre 9,371 milliards pour la période août-octobre 2020 (+16%), un résultat de 8,5% supérieur au consensus. Le bénéfice par action, dont la hausse est plus marquée encore, surclasse le consensus (3,90 dollars seulement) de 5,6%: il s'est établi à 4,12 dollars, contre 2,39 dollars au quatrième trimestre de l'exercice 2019/20, soit un bond de 69%. La nouvelle progression très marquée de la marge bénéficiaire (ou marge d'Ebit) dans toutes les divisions s'explique par l'évolution du bénéfice par rapport au CA au quatrième trimestre. Le CA annuel a dès lors atteint le montant record de 44,024 milliards de dollars, en hausse de 24% par rapport aux 35,54 milliards de dollars sur lesquels s'était terminé l'exercice précédent. La première partie de l'exercice a fait plus que soutenir la comparaison avec la période noire provoquée par la crise sanitaire. Le bénéfice prévisionnel annoncé par la direction à l'entame de l'exercice ne dépassait pas 4,6 à 5 milliards de dollars, alors que le chiffre a finalement grimpé de 2,751 à 5,963 milliards de dollars (+117%), et le bénéfice par action, de 8,69 à 18,99 dollars. Pour l'exercice 2021/22, entamé début novembre, la direction mise sur une progression de 20% environ du CA des activités agricoles et de 10% à 15% du pôle matériaux de construction et matériel forestier; les analystes estiment que le groupe achèvera l'exercice sur un CA de 47,6 milliards de dollars en moyenne, en hausse, effectivement, de 20% en glissement annuel. Pour ce qui est du bénéfice, la direction évoque un chiffre situé entre 6,5 et 7 milliards de dollars, soit une augmentation de 13% approximativement par rapport au milieu de la fourchette... et donc, un nouveau bénéfice record. D'après les analystes, le bénéfice par action devrait atteindre 22,15 dollars (+17%). Le cours a battu de nouveaux records l'an dernier, allant jusqu'à flirter avec les 400 dollars. Il plafonne depuis quelques mois, à un niveau qui reste toutefois élevé. A un rapport cours/bénéfice de 16,5 et un rapport valeur de l'entreprise (EV)/cash-flow opérationnel de 13,5 escomptés pour l'exercice en cours, l'action nous paraît correctement valorisée, d'où notre conseil neutre. Mais la direction pourrait bien surprendre une fois encore. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2B Cours: 364,28 dollarsTicker: DE USCode ISIN: US2441991054Marché: NYSECapit. boursière: 112,7 milliards USDC/B 2021: 19C/B attendu 2022: 16,5Perf. cours sur 12 mois: +20%Perf. cours depuis le 01/01: +6%Rendement du dividende: 1,1%