La "guerre des aérosols", comme la décrivait la presse, est terminée. Ce conflit opposait le producteur flamand de préformes et bouteilles PET dirigé par les frères De Cuyper et le groupe helvético-néerlandais AirOPack Technology appartenant au Néerlandais Quint Kelders. L'enjeu? Le contrôle de la joint-venture AirOLux, fondée en 2009, la société à l'origine de la technologie AirOPack. L'innovation de ce spray tient au fait qu'il utilise la technologie AirOPack AirOPack, une technologie révolutionnaire permettant de remplir des bouteilles PET à air comprimé _ sans gaz propulseur (aérosol) _ de liquides, de poudres, de gaz et de produits de viscosité moyenne à élevée (crè...

La "guerre des aérosols", comme la décrivait la presse, est terminée. Ce conflit opposait le producteur flamand de préformes et bouteilles PET dirigé par les frères De Cuyper et le groupe helvético-néerlandais AirOPack Technology appartenant au Néerlandais Quint Kelders. L'enjeu? Le contrôle de la joint-venture AirOLux, fondée en 2009, la société à l'origine de la technologie AirOPack. L'innovation de ce spray tient au fait qu'il utilise la technologie AirOPack AirOPack, une technologie révolutionnaire permettant de remplir des bouteilles PET à air comprimé _ sans gaz propulseur (aérosol) _ de liquides, de poudres, de gaz et de produits de viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels). ATG rachète donc Resilux au travers d'AirOLux en versant, le 13mai, 25millions EUR, et en remboursant les emprunts des actionnaires d'une valeur de 37millions EUR d'ici fin août au plus tard. Soit un total de 62millions EUR. Avec du reste la possibilité pour Resilux de participer à un Global Preferred Supply Agreement en tant que fournisseur privilégié de préformes PET pour ATG. Il ressortait du rapport annuel de Resilux que le conflit né en décembre de l'an dernier au sein d'AirOLux n'avait absolument pas eu d'effets positifs sur l'accord de collaboration. Resilux a estimé avoir accusé l'an dernier une perte de 8,07millions EUR sur la joint-venture (pas moins de 4EUR par action). Aucun problème pour la famille De Cuyper car les préformes PET et embouteillages traditionnels sont toujours rentables, comme le démontrent les chiffres annuels 2015. À présent qu'un accord a été trouvé, l'accent peut être replacé sur les activités traditionnelles, dont l'évolution est particulièrement favorable. Avec le soutien des conditions météo en Europe occidentale, l'an dernier, la valeur ajoutée (critère plus fiable que le chiffre d'affaires en raison de l'impact important des prix des matières premières) a progressé de 11,8%, à un nouveau record de 72,5millions EUR. Une performance supérieure aux prévisions, qui est confirmée largement par une hausse de 16,3% du cash-flow opérationnel (EBITDA) à 38,5millions EUR (record) et une progression de 27,3% du bénéfice opérationnel (EBIT), à 24,2millions EUR (également un record). Le résultat net a totalisé 17,9millions EUR; +42,4% ou 8,82EUR par action. La dette financière nette s'est allégée de 9%, à 33,1millions EUR ou 0,8fois l'EBITDA, un chiffre entre-temps devenu très faible. Nous avons récemment relevé la valorisation du Resilux "classique" (préformes et bouteilles PET), à 270millions EUR, un chiffre comparable à la capitalisation boursière actuelle. Après les 62millions EUR en espèces (31EUR par action) qu'ATG a promis de verser dans le cadre de la transaction, Resilux aura une trésorerie d'environ 15EUR par action, d'autant que le contrat de livraison avec ATG a également une valeur. Qui plus est, le risque d'un investissement dans Resilux a diminué.Nous savons que de nombreux actionnaires de Resilux sont entrés dans la valeur en raison du potentiel de la joint-venture AirOLux. Cette nouvelle peut peser sur le cours un moment. Mais le Resilux "classique" se porte très bien, et recèle un grand potentiel de croissance. Cela justifie déjà la valeur boursière actuelle. S'y ajouteront bientôt une trésorerie nette et un contrat de livraison. D'où le relèvement de conseil.Conseil : digne d'achatRisque : faibleRating : 1A