Le producteur flamand de préformes PET et bouteilles dirigé par les frères De Cuyper a fait parler de lui récemment pour une raison pour le moins inhabituelle. La nouvelle concerne AirOLux, l'accord de collaboration mis en place en 2009 avec le groupe helvético-néerlandais AirOPack Technology appartenant au Néerlandais Quint Kelders. A plus forte raison depuis le lancement mondial tant attendu du Gillette Fusion ProGlide Sensitive, la joint-venture est devenue très importante dans le récit boursier de Resilux. L'élément important actuellement est qu'il s'agit d'une joint-venture à 50-50%. Un accord de collaboration qui est du reste en perte ...

Le producteur flamand de préformes PET et bouteilles dirigé par les frères De Cuyper a fait parler de lui récemment pour une raison pour le moins inhabituelle. La nouvelle concerne AirOLux, l'accord de collaboration mis en place en 2009 avec le groupe helvético-néerlandais AirOPack Technology appartenant au Néerlandais Quint Kelders. A plus forte raison depuis le lancement mondial tant attendu du Gillette Fusion ProGlide Sensitive, la joint-venture est devenue très importante dans le récit boursier de Resilux. L'élément important actuellement est qu'il s'agit d'une joint-venture à 50-50%. Un accord de collaboration qui est du reste en perte depuis plus longtemps que prévu. Au 1er semestre 2015, cette perte a même totalisé 3 millions EUR. A comparer à une perte de 1,1 million EUR au 1er semestre 2014. Il est dès lors plus que probable qu'AirOLux ne clôturera pas non plus 2015 au break-even (ni bénéfice ni perte). Les problèmes de capacité d'un constructeur externe de machines ont freiné la croissance de la capacité. Aucun problème pour la famille De Cuyper car les préformes PET et embouteillages traditionnels sont toujours rentables. Grâce à des circonstances climatiques clémentes, les activités classiques ont même enregistré un résultat net de 9,8 millions EUR (+26,5% ou 4,95 EUR par action) au 1er semestre 2015. Ce pare-chocs, son partenaire AirOPack Technology ne l'a manifestement pas. Le groupe a besoin de capitaux et le groupe de private equity américain Apollo Global Management est prêt à procéder à une injection de capital. La condition pour obtenir les fonds est la possession complète de la joint-venture AirOLux. Cette info a été diffusée dans la presse sans que la famille De Cuyper soit formellement sollicitée par rapport à la vente de sa participation. Celle-ci devait donc répondre officiellement que la participation de 50% dans AirOLux aux mains de Resilux n'est pas à vendre. Mais chez AirOPack Technology, ils ne le prennent pas bien du tout et une procédure a été entamée pour rompre l'accord de collaboration avec Resilux. AirOLux est la société à l'origine de la technologie AirOPack. L'innovation de ce spray tient au fait qu'il utilise la technologie AirOPack AirOPack, une technologie révolutionnaire permettant de remplir des bouteilles en PET à air comprimé _ et donc sans gaz propulseur (aérosols) _ de liquides, de poudres, de gaz et de produits de viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels). AirOPack Technology est côté à Zurich avec une capitalisation de 161 millions EUR (80,5 EUR par action). Le Resilux " classique " (préformes et bouteilles PET) est valorisé à 125 millions EUR ou 62,5 EUR par action. Sur base de l'offre sur son pair APPE Packaging Division (La Seda) lancée par Plastipak Packaging, cette valeur (conjointe) devrait plutôt s'élever à 175 EUR par action. Il est très clair désormais que les deux familles se sont déclaré la guerre et que cette situation doit être éclaircie. Les deux parties sont très attachées à la technologie, mais qui est disposé à mettre les gros sous sur table (au moins 200 millions EUR?) ? La situation n'est pas idéale. C'est pourquoi nous maintenons notre conseil malgré la décote.Conseil: conserver/attendreRisque: faibleRating: 2A