Le groupe flamand Resilux est avant tout connu depuis deux décennies en tant que producteur de préformes et bouteilles PET. Dans cette activité, l'entreprise de la famille De Cuyper figure parmi les acteurs européens de moyenne envergure (environ 5 milliards de préformes et 450.000 bouteilles), avec une présence paneuropéenne (sites de production à Wetteren en Belgique, mais également en Espagne, en Russie, en Grèce, en Suisse et en Hongrie), ainsi qu'une usine aux USA. Et cette année, cette activité se comporte très bien, grâce aux bonnes conditions climatiques en Europe. Au 1er semestre, la valeur ajoutée a progressé (meilleur paramètre que le chiffre d'affaires, compte tenu de...

Le groupe flamand Resilux est avant tout connu depuis deux décennies en tant que producteur de préformes et bouteilles PET. Dans cette activité, l'entreprise de la famille De Cuyper figure parmi les acteurs européens de moyenne envergure (environ 5 milliards de préformes et 450.000 bouteilles), avec une présence paneuropéenne (sites de production à Wetteren en Belgique, mais également en Espagne, en Russie, en Grèce, en Suisse et en Hongrie), ainsi qu'une usine aux USA. Et cette année, cette activité se comporte très bien, grâce aux bonnes conditions climatiques en Europe. Au 1er semestre, la valeur ajoutée a progressé (meilleur paramètre que le chiffre d'affaires, compte tenu de l'impact important des prix des matières premières) de 10,2%, à un nouveau record de 37,2 millions EUR. Une belle performance, qui est plus que confirmée par une hausse de 12,4% du cash-flow opérationnel (EBITDA), à 20,2 millions EUR - un record - et une augmentation de 14,3% du bénéfice opérationnel (EBIT), à 13 millions EUR - également un record. Le résultat net a approché les 10 millions EUR (9,8 millions EUR; +26,5% ou 4,95 EUR par action). Mais ce chiffre devient 6,8 millions EUR ou 3,45 EUR par action (seulement +3%) si l'on déduit les pertes d'AirOLux. AirOLux, lancé en 2009, est un accord de collaboration (50-50%) avec le groupe helvético-néerlandais AirOPack Technology appartenant au Néerlandais Quint Kelders. Plus encore depuis le lancement mondial tant attendu du Gillette Fusion ProGlide Sensitive, la joint-venture est devenue très importante dans le récit boursier de Resilux. AirOLux a mis au point la technologie AirOPack. L'innovation : ce spray utilise la technologie révolutionnaire AirOPack AirOPack à air comprimé (donc sans gaz propulseur) pour remplir des bouteilles en PET de liquides, poudres, gaz et produits de viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels). Cela dit, jusqu'ici, la joint-venture est toujours en perte et ce, depuis plus longtemps que prévu. Au 1er semestre, celle-ci a totalisé 3 millions EUR, contre 1,1 million EUR au 1er semestre de l'an dernier. AirOLux ne devrait toujours pas atteindre le break-even (ni bénéfice, ni perte) cette année. Des problèmes de capacité chez un constructeur de machines externe ont freiné la croissance de la capacité. Une amélioration est prévue pour le dernier trimestre. La production s'organise pour l'heure uniquement en Suisse, à Bilten. Une deuxième ligne de production devrait y être ouverte et une production devrait commencer également outre-Atlantique au cours des prochaines années. La probabilité demeure réelle que de nouveaux contrats soient conclus pour AirOLux. Son partenaire AirOPack Technology est côté à Zurich avec une capitalisation de 141 millions EUR (70 EUR par action). Le Resilux " classique " (préformes et bouteilles PET) est valorisé à 195 millions EUR ou 97,5 EUR par action. Sur base de l'offre sur son pair APPE Packaging Division (La Seda) lancée par Plastipak Packaging, cette valeur devrait plutôt s'élever à 105 EUR par action, soit une valeur conjointe de quelque 175 EUR par action.ConclusionCette année aussi, le cours a connu une hausse de 60%. A long terme, le potentiel de croissance demeure, mais pour l'heure, nous ne voyons pas d'éléments susceptibles de nous faire relever notre objectif de cours (175 EUR). Nous préférons donc abaisser le conseil pour l'instant.Conseil: conserver/attendreRisque: faibleRating: 2A