Pour acheter une action du producteur flamand de préformes en PET actuellement, il faut sortir un billet de 100 EUR, alors qu'il y a un an, la moitié suffisait. Pour expliquer ce doublement de cours, l'excellente saison estivale de 2013 ne suffit pas. Même si ce facteur se traduira plus que probablement par des résultats record. Le 1er semestre s'est caractérisé par une croissance généralisée, à l'exception de la Russie (en raison d'une campagne publique contre l'alcool). Idem dans le sud de l'Europe, largement affecté jusque-là. Notons cependant à ce sujet que le 1er semestre 2012 n'avait pas été exceptionnel. L'exercice 2012 a été en grande partie sauvé par le 2e semestre, ma...

Pour acheter une action du producteur flamand de préformes en PET actuellement, il faut sortir un billet de 100 EUR, alors qu'il y a un an, la moitié suffisait. Pour expliquer ce doublement de cours, l'excellente saison estivale de 2013 ne suffit pas. Même si ce facteur se traduira plus que probablement par des résultats record. Le 1er semestre s'est caractérisé par une croissance généralisée, à l'exception de la Russie (en raison d'une campagne publique contre l'alcool). Idem dans le sud de l'Europe, largement affecté jusque-là. Notons cependant à ce sujet que le 1er semestre 2012 n'avait pas été exceptionnel. L'exercice 2012 a été en grande partie sauvé par le 2e semestre, mais le trading update révèle à présent qu'en raison des bonnes conditions climatiques en juillet et en août, les résultats du 2e semestre 2013 dépasseront ceux du 2esemestre de l'an dernier. Sur cette période, une "valeur ajoutée" (baromètre plus pertinent que le chiffre d'affaires) de 27,5 millions EUR a été réalisée, ainsi qu'un cash-flow opérationnel (EBITDA) de 12,4 millions EUR et un bénéfice opérationnel (EBIT) de 6,5 millions EUR. Si l'on y ajoute les chiffres du 1er semestre de cette année (31,7 millions EUR de valeur ajoutée, 16,6 millions EUR d'EBITDA, 10,5 millions EUR d'EBIT), nous arrivons à au moins 59,2 millions EUR de valeur ajoutée (précédent record : 56,3 millions EUR l'an dernier), au moins 29 millions EUR d'EBITDA (précédent record : 28,3 millions EUR en 2011), au moins 17,0 millions EUR d'EBIT (précédent record : 17,8 millions EUR en 2010; il faudra donc encore un peu patienter...). Cela dit, comme nous l'avons précisé, la hausse de cours ne dépend pas que des préformes et bouteilles en PET, mais de plus en plus de la deuxième dimension que s'est attribuée Resilux, avec AirOLux. Il s'agit d'un accord de collaboration avec le groupe helvético-néerlandais IPS portant sur le développement d'AirOPack. AirOPack comprend une toute nouvelle technologie permettant d'introduire dans des préformes PET des liquides, poudres, gaz et produits à viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels). Dans ce segment, Resilux ne fait plus seulement concurrence au verre et au Tetra Pak, mais aussi à l'aluminium. Début septembre, une percée définitive pour AirOPack a eu lieu, avec un contrat de 5 ans avec Procter&Gamble, 4ecapitalisation boursière au monde, avec des marques réputées telles que Pampers, Pantène, Always, Ariel, Gillette, ou encore Duracell. L'exercice 2013 donnera encore lieu à une perte nette au niveau d'AirOLux, mais à partir de cette année, AirOLux contribuera aux bénéfices. Il est étrange cependant que le cours d'IPS, cotée en Bourse de Zurich, ait baissé l'an dernier de 8%, malgré la transaction avec P&G. Cette société a actuellement une capitalisation boursière de 110 millions CHF ou 89 millions EUR. Sur cette base, la couverture de la joint-venture a baissé à 46% de la capitalisation boursière de Resilux, car le cours de Resilux s'est apprécié de 52% au cours des 12 dernières années.Conclusion :Nous avions déjà mis en lumière Resilux lorsqu'il s'échangeait à 50 EUR. Sa forte sous-valorisation par rapport à son partenaire suisse IPS a été gommée ces 12 derniers mois. Reste à savoir dans quelle mesure AirOLux pourra contribuer cette année au bénéfice. L'action semble s'être offert une pause. D'où l'abaissement de notre conseil.Conseil: achat sur repliRisque: faibleRating: 2B