78,00 EUR - 1B Digne d'achat
...

78,00 EUR - 1B Digne d'achatCe qui était encore incertain lors de la publication des résultats semestriels du producteur flamand de bouteilles et préformes en PET est désormais presque une certitude, à en croire la déclaration intermédiaire sommaire pour le 3etrimestre : les résultats à venir seront très probablement exceptionnels, grâce évidemment à l'excellente saison estivale 2013. Elément très positif : le retour à la croissance, à l'exception de la Russie (du fait de campagnes publiques contre l'alcool), s'est confirmé un peu partout, y compris en Europe du Sud, région plus particulièrement affectée. Notons cependant que le 1er semestre de l'an dernier avait été une période très difficile. L'exercice 2012 a été en grande partie sauvé par le 2e semestre, mais le trading update révèle à présent qu'en raison des bonnes conditions climatiques en juillet et en août, les résultats du 2e semestre 2013 dépasseront ceux du 2esemestre de l'an dernier. Sur cette période, une "valeur ajoutée" (baromètre plus pertinent que le chiffre d'affaires) de 27,5 millions EUR a été réalisée, ainsi qu'un cash-flow opérationnel (EBITDA) de 12,4 millions EUR et un bénéfice opérationnel (EBIT) de 6,5 millions EUR. Si l'on y ajoute les chiffres du 1er semestre de cette année (31,7 millions EUR de valeur ajoutée, 16,6 millions EUR d'EBITDA, 10,5 millions EUR d'EBIT), nous arrivons à au moins 59,2 millions EUR de valeur ajoutée (précédent record : 56,3 millions EUR l'an dernier), au moins 29 millions EUR d'EBITDA (précédent record : 28,3 millions EUR en 2011), au moins 17,0 millions EUR d'EBIT (précédent record : 17,8 millions EUR en 2010; il faudra donc encore un peu patienter...). Ces dernières années, le groupe a étendu ses activités au-delà des préformes : AirOLux est un accord de collaboration avec le groupe helvético-néerlandais IPS portant sur le développement d'AirOPack. Ce dernier comprend une toute nouvelle technologie permettant d'introduire dans des préformes en PET des liquides, poudres, gaz et produits à viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels). Dans ce segment, Resilux ne fait plus seulement face à la concurrence avec le verre et le Tetra Pak, mais aussi avec l'aluminium. Ce qui peut donner à Resilux une nouvelle dimension. D'autant que début septembre, un contrat de 5 ans a été signé avec Procter&Gamble, 4ecapitalisation boursière au monde, avec des marques réputées telles que Pampers, Pantène, Always, Ariel, Gillette, ou encore Durace. Une percée définitive pour AirOPack, autrement dit. Le groupe va donc pouvoir commencer à produire à l'échelle industrielle. Sur les six premiers mois, la joint-venture était encore déficitaire (-1,9 million EUR). Mais le 2e semestre sera moins mauvais, même s'il faut encore prévoir une perte nette pour AirOLux cette année. Les ambitions par rapport à AirOLux à long terme ne se limitent d'ailleurs pas à AirOPack (marché de l'aérosol), ni même au PET. Elément intéressant de cette histoire : son partenaire IPS est coté à Zurich. Cette société a actuellement une capitalisation boursière de 110 millions CHF ou 89 millions EUR. Sur cette base, la joint-venture couvre donc plus de la moitié (54%) de la capitalisation boursière de Resilux.Sur la base de cette déclaration intermédiaire, nous pouvons réitérer notre objectif d'au moins 5 EUR de bénéfice par action, résultat d'AirOLux compris, et de près de 6 EUR hors résultat d'AirOLux. Les années 2014 et 2015 peuvent devenir celles de la grande percée d'AirOPack, ce qui se traduirait par une contribution au bénéfice du groupe. C'est pourquoi nous estimons depuis quelque temps déjà que le titre mérite un achat (rating 1B). Son cours a déjà connu une appréciable avancée cette année, mais nous pensons que son potentiel d'appréciation n'est pas épuisé pour les prochaines années.