L'année 2017 avait à peine commencé que le marché apprenait que le mastodonte américain Bain Capital (qui détient 75 milliards de dollars d'actifs) avait lancé une offre de reprise conditionnelle sur Resilux (à 195 euros par action) pour le regrouper avec le groupe britannique Petainer. Mais fin mars, de concert avec la direction de Resilux, les Américains ont suspendu l'offre car d'éventuels obstacles posés par les autorités de la concurrence allemandes auraient pu donner lieu à un retard de plusieurs mois. Les tractations ont cependant coûté beaucoup de temps et d'énergie à Resilux, ce qui transparaît dans ses chiffres semestriels.
...