Basé en Flandre Orientale, Resilux, fabricant de bouteilles et préformes PET, talonne les leaders européens du secteur. Outre ses activités traditionnelles, le groupe dirigé par les frères De Cuyper possédait jusqu'à récemment, avec la famille Kelders, la joint-venture AirOLux, qui commercialise la technologie AirOPack, permettant de remplir avec de l'air comprimé - et donc sans utiliser de gaz propulseur - des récipients en PET de liquides, poudres, gaz et produits de viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels...). Mais cette collaboration a dégénéré en "guerre des aérosols", menant au rachat de la part de Resilux pour 62 millions d'euros, avec en lot de consolation pour les actionnaires une réduction de capital (fisc...

Basé en Flandre Orientale, Resilux, fabricant de bouteilles et préformes PET, talonne les leaders européens du secteur. Outre ses activités traditionnelles, le groupe dirigé par les frères De Cuyper possédait jusqu'à récemment, avec la famille Kelders, la joint-venture AirOLux, qui commercialise la technologie AirOPack, permettant de remplir avec de l'air comprimé - et donc sans utiliser de gaz propulseur - des récipients en PET de liquides, poudres, gaz et produits de viscosité moyenne à élevée (crèmes, mousses, gels...). Mais cette collaboration a dégénéré en "guerre des aérosols", menant au rachat de la part de Resilux pour 62 millions d'euros, avec en lot de consolation pour les actionnaires une réduction de capital (fiscalement avantageuse) de 16,30 euros par action. Le produit de la vente a été affecté au développement d'un nouveau pôle d'activités: le recyclage. L'agitation des années 2016 (cession d'AirOLux) et 2017 (OPA de Bain Capital à 195 euros par action début 2017, retirée ensuite) avait relégué le coeur d'activité au second plan; tout est revenu dans l'ordre en 2018. A l'automne 2017, Resilux a développé son coeur d'activité en rachetant la société suisse Signode Industrial Group, connue pour la marque Poly Recycling (recyclage de PET). Resilux investit énormément dans des infrastructures de recyclage dernier cri sur son site de Bilten, en Suisse. Le recyclage du PET est une activité simple qui permet d'obtenir des produits de bonne qualité. Elle est aussi très rentable: à en juger par les résultats semestriels de 2018, les lourds investissements consentis dans l'installation de huit nouvelles machines, notamment à Wetteren et aux Etats-Unis, sont déjà profitables. La valeur ajoutée (un critère bien plus éloquent que le chiffre d'affaires (CA) en raison du fort impact des prix des matières premières, qui s'est envolé cette année) a fait un bond de 14%, à 45,1 millions d'euros (CA: +17,7%) au premier semestre de 2018; le cash-flow opérationnel (Ebitda) a suivi une évolution comparable, +13,9%, à 23,0 millions d'euros, un nouveau record. La hausse du bénéfice opérationnel (Ebit) était encore plus marquée: +17,3%, à 14,7 millions d'euros. Le résultat net s'inscrit tout juste sous la barre des 10 millions d'euros (9,93 millions ou +17%).Le budget d'investissement total pour 2018 dépasse les 30 millions d'euros - une somme énorme qui témoigne de l'optimisme de Resilux pour l'avenir, à commencer par 2019. Nous attendons donc de nouvelles initiatives industrielles centrées sur le recyclage, voire quelques petites acquisitions ciblées. Une fois n'est pas coutume, Resilux a fait l'objet d'une dizaine de transactions entre fin mai et fin juin 2018. A leur terme, le holding Belfima Invest, contrôlé par la famille De Cuyper, avait racheté un peu plus de 4.000 actions Resilux pour un total de plus d'un demi-million d'euros. Resilux a tourné la page de la joint-venture AirOLux et de l'OPA. Le groupe se concentre désormais exclusivement sur les activités classiques, qui assureront une croissance soutenue et régulière autour du recyclage, pôle de développement. Les énormes montants investis sont un gage d'ambition et d'optimisme pour 2019. Avec un rapport valeur d'entreprise/Ebidta de moins de sept, l'action est sous-valorisée. Selon nous, la juste valeur s'établit plutôt à 170 euros par action; le marché ne reconnaît pas encore le potentiel de croissance du titre.Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 126,00 eurosTicker: RES BBCode ISIN: BE0003707214Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 255 millions EURC/B 2017: 14C/B attendu 2018: 13,5Perf. cours sur 12 mois: -14%Rendement du dividende: 1,6%