Alors que B&S Group est entré en Bourse en mars 2018 à 14,50 euros par action, celle-ci vaut moitié moins aujourd'hui. Le premier coup dur fut la crise sanitaire; B&S tire une partie de ses revenus des boutiques d'aéroports et de bateaux de croisière. Ensuite, au début de cette année, divers médias ont relayé l'information selon laquelle le fondateur et principal actionnaire du groupe, Willem Blijdorp, faisait l'objet d'une enquête pour extorsion de fonds, usage de faux...

Alors que B&S Group est entré en Bourse en mars 2018 à 14,50 euros par action, celle-ci vaut moitié moins aujourd'hui. Le premier coup dur fut la crise sanitaire; B&S tire une partie de ses revenus des boutiques d'aéroports et de bateaux de croisière. Ensuite, au début de cette année, divers médias ont relayé l'information selon laquelle le fondateur et principal actionnaire du groupe, Willem Blijdorp, faisait l'objet d'une enquête pour extorsion de fonds, usage de faux et diffamation. On a appris récemment qu'il n'y aurait pas d'action pénale.Dans sa mise à jour relative au 1er trimestre, B&S a annoncé que la croissance du chiffre d'affaires (CA) a surpassé le consensus. Le CA s'est en effet élevé à 453,3 millions d'euros, soit une croissance organique de 11,5% par rapport à la même période un an plus tôt. La division B&S Liquors, qui a assuré 31% du CA consolidé, s'est particulièrement bien comportée, avec une croissance de 29,3%. B&S Beauty (33% du CA consolidé) a, elle, connu une légère baisse. Elle compte FraganceNet.com, l'une des plus grandes boutiques en ligne de parfums aux Etats-Unis. Son CA a diminué de 3,9% en raison d'une pénurie de produits, de l'interdiction, depuis le 1er mars, de vendre les cosmétiques contenant du Lilial, substance susceptible de perturber entre autres le développement des enfants à naître, et d'une demande en ligne de parfums qui semble s'essouffler depuis la réouverture des magasins physiques.La direction a fait savoir que le groupe est en bonne voie pour atteindre ses objectifs en matière de CA pour 2021-2023, notamment une croissance organique de celui-ci d'au moins 7,5% par an. D'aucuns doutent que la marge d'Ebitda atteindra le niveau visé pour 2023 (plus de 6,5%, contre 6,2% en 2021). Le CEO, Tako de Haan, a averti les investisseurs que B&S souffre de la hausse des coûts des transports, des dépenses de marketing et des charges de personnel.Compte tenu de ces chiffres et de la pression que subissent les marges, nous abaissons de 0,05 euro, à 0,50 euro par action, notre estimation du bénéfice pour cet exercice. Le ratio cours/bénéfice attendu en 2022 est de 14. Pour une entreprise en croissance comme B&S, l'action n'est pas valorisée exagérément. C'est pourquoi, bien que le fondateur du groupe n'ait pas été épargné par les soupçons et critiques, nous maintenons notre recommandation d'achat.