A l'issue du dernier trimestre de 2017, IBM avait enfin pu faire rapport d'une hausse de son chiffre d'affaires (CA). Cela n'était plus arrivé depuis six années. Cette tendance s'est confirmée au premier trimestre écoulé, puisque le CA s'est accru de 5,1% en glissement annuel, à 19,07 milliards de dollars. C'est plus de 200 millions de dollars au-delà du consensus. Mais cette croissance découle presque exclusivement de la faiblesse du dollar. Sans cet effet devise positif, le CA serait resté inchangé. Or l'institut de recherche Gartner a pronostiqué pour cette année une hausse des dépenses globales en IT de plus de 6%. Selon Gartner, certains segments d'IBM devraient faire encore mieux, comme les Logiciels (+11%) et les services IT (+7%).
...

A l'issue du dernier trimestre de 2017, IBM avait enfin pu faire rapport d'une hausse de son chiffre d'affaires (CA). Cela n'était plus arrivé depuis six années. Cette tendance s'est confirmée au premier trimestre écoulé, puisque le CA s'est accru de 5,1% en glissement annuel, à 19,07 milliards de dollars. C'est plus de 200 millions de dollars au-delà du consensus. Mais cette croissance découle presque exclusivement de la faiblesse du dollar. Sans cet effet devise positif, le CA serait resté inchangé. Or l'institut de recherche Gartner a pronostiqué pour cette année une hausse des dépenses globales en IT de plus de 6%. Selon Gartner, certains segments d'IBM devraient faire encore mieux, comme les Logiciels (+11%) et les services IT (+7%). Au terme des trois premiers mois de 2018, le bénéfice d'exploitation d'IBM s'est établi à 2,3 milliards de dollars, ou 2,45 dollars par action, soit 4% de plus qu'un an plus tôt et légèrement plus que le consensus (2,4 dollars). Un avantage fiscal et une charge de restructuration se sont globalement neutralisés. Le bénéfice net a reculé de 4%, à 1,68 milliard de dollars. Une évolution plane du CA hors effets de change: voilà ce que nous observons depuis plusieurs trimestres chez IBM. Et cela continue d'affecter la rentabilité. La marge brute au niveau du groupe s'est tassée à 43,2%, soit 0,7% de moins que l'an dernier. Les analystes s'attendaient à ce qu'elle augmente. Le CA des pôles de croissance (Strategic Imperatives) a progressé au premier trimestre (fluctuations de change non incluses) de 10%, contre +14% un an plus tôt. Dans le segment Cloud, il s'est accru de 14% par rapport à la même période l'an dernier. En soi, ce n'est certes pas mauvais, mais l'an dernier la croissance moyenne était de 24%. Celle de la concurrence aussi (Amazon Web Services, Microsoft ou Google) est nettement plus soutenue. Les segments Sécurisation (+60%), Activités mobiles (+14%) et Logiciels analytiques (+4%) ont tous moins bien évolué qu'au 4etrimestre de2017. Avec un CA de 1,5 milliard de dollars (+4%), le segment traditionnel Systems (matériel et systèmes d'exploitation) a enregistré une performance inférieure aux attentes (1,7 milliard de dollars). Dans les Global Business Services (outsourcing), les ventes ont reculé de 1% en raison de la diminution des prix. Les Solutions cognitives (notamment l'intelligence artificielle) ont en revanche affiché une croissance de 2%. Au cours du premier trimestre, le groupe a produit un cash-flow disponible de 1,3 milliard de dollars et a distribué 2,2 milliards de dollars aux actionnaires; il a affecté 1,4 milliard de dollars aux dividendes et 0,8 milliard au rachat d'actions. Il prévoit de racheter encore pour trois milliards de dollars d'actions propres. Au 31mars, IBM disposait de 13,2 milliards de dollars en liquide et affichait une dette de 46,4 milliards de dollars. Pour cette année, le groupe anticipe un cash-flow disponible de 12 milliards de dollars et un bénéfice par action au moins égal à celui de l'an dernier (13,8 dollars).La faible rentabilité et l'absence de croissance demeurent les points faibles du groupe. A cet égard, nous n'entrevoyons pas d'amélioration à court terme. Heureusement, les cash-flows élevés et la rémunération des actionnaires compensent ces aspects. A 11 fois le bénéfice escompté, le titre n'est pas seulement moins cher que la moyenne du marché: sa valorisation est également inférieure à la moyenne historique du groupe. Nous attendrions. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 148,79 dollarsTicker : IBM USCode ISIN : US4592001014Capit. boursière : 136,8 milliards USD C/B 2017 : 11,5C/B attendu 2018 : 11Perf. cours sur 12 mois : -9 %Perf. cours depuis le 01/01 : -3,5 %Rendement du dividende : 4 %