Bien que contrairement à ce qui avait été annoncé, le chiffre d'affaires (CA) de Barco n'ait pas évolué, l'action s'est, elle, très bien comportée ces 12 derniers mois. Elle a il est vrai été aidée en cela par l'accroissement de la rentabilité du groupe.
...

Bien que contrairement à ce qui avait été annoncé, le chiffre d'affaires (CA) de Barco n'ait pas évolué, l'action s'est, elle, très bien comportée ces 12 derniers mois. Elle a il est vrai été aidée en cela par l'accroissement de la rentabilité du groupe. Le CA a cédé 1,6%, à 1,08 milliard d'euros, en raison notamment de la faiblesse du dollar. Barco prévoit que la dépréciation du billet vert aura un impact sur ses résultats au premier semestre de 2018 encore. Si la division Eclairage (High End Systems), vendue l'an dernier, était restée dans le giron de l'entreprise courtraisienne, le CA serait demeuré stable. L'augmentation de la rentabilité revêt cela dit davantage d'importance. Le cash-flow d'exploitation (Ebitda) a progressé de plus d'un cinquième, à 107,1 millions d'euros, faisant passer la marge d'Ebitda de 8 à 9,9%. La marge d'Ebit ajustée (bénéfice d'exploitation) a bondi, de 3,3 à 6,8%. Le CA de l'exercice 2018 devrait enregistrer une évolution plane, compte tenu, toutefois, d'un second semestre sans doute légèrement meilleur que le premier - c'est d'ailleurs ainsi que s'est déroulé l'exercice 2017. L'absence d'évolution du CA est principalement due aux difficultés rencontrées par la division Entertainment. Au début des années 2010, Barco avait tiré profit de la croissance sensible du cinéma numérique en Chine et aux Etats-Unis; mais ce marché est désormais saturé et rien ne le remplace pour l'heure. Barco est donc contraint de conserver, voire de renforcer - grâce à ses projecteurs laser, qui lui procurent une avance technologique sur la concurrence par exemple - sa position dominante dans ce segment. Il affirme pouvoir y parvenir. Il espère aussi faire correspondre davantage l'offre et la demande. Le CA de la division Entertainment a reculé de 7,7% encore en 2017, à 533,3 millions d'euros. Avec une part de 49% du CA, Entertainment n'en demeure pas moins, de loin, la division la plus importante du groupe. Sa marge, de 7,3%, est par contre inférieure à la moyenne de l'entreprise. Enterprise fait nettement mieux (croissance de 6,4% et marge de 13,2%, la plus confortable de toutes). ClickShare affiche à nouveau d'excellents résultats. Cette technologie, qui permet de relier des appareils mobiles entre eux, équipe d'ores et déjà 350.000 salles de réunion dans le monde. UniSee (mur vidéo LED), son nouveau produit, devrait permettre à Barco de récupérer une partie des parts de marché perdues au niveau des salles de contrôle. La division Healthcare clôt l'exercice sur une croissance de 3,7% de son CA et une marge de 11,3%. La trésorerie s'établit à 210,7 millions d'euros, ce qui correspond à un peu plus de 16 euros par action. La société belge ne peut toutefois pas disposer de l'intégralité de ce montant car 67,4 millions d'euros sont concentrés dans la joint-venture avec China Film Group, dans laquelle Barco détient une participation de 58%. Le groupe met par ailleurs sur pied une nouvelle joint-venture pour les activités cinématographiques en dehors de la Chine. Le dividende sera porté de 1,9 à 2,1 euros par action.Si l'accroissement de la rentabilité est digne d'être souligné, le CA est complètement statique. Il le restera sans doute en 2018, même si Barco promet que la rentabilité demeurera orientée à la hausse. Malgré le relèvement du dividende, le rendement est relativement peu élevé. A plus de 20 fois le bénéfice escompté, le potentiel de cours nous paraît épuisé à brève échéance. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 99,7 EURTicker : BAR BBCode ISIN : BE0003790079Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 1,3 milliard eurosC/B 2017 : 50C/B attendu 2018 : 20,5Perf. cours sur 12 mois : +27 %Perf. cours depuis le 01/01 : +11 %Rendement du dividende : 2,1 %