L'amélioration du contexte économique en Europe s'est révélée positive pour la société chimique Recticel au troisième trimestre. En revanche, l'offre d'isocyanate (MDI) est demeurée insuffisante. Le prix de cette matière première chimique, qu'utilise le groupe dans ses panneaux d'isolation, a en conséquence grimpé et sa livraison a été retardée. Autre élément négatif : Recticel s'était fait livrer par BASF du MDI pollué. Heureusement, celui-ci semble en fin de compte ne présenter aucun danger pour la santé et la sécurité. Malgré les difficultés rencontrées, le groupe affiche une croissance appréciable de son chiffre d'affaires (CA), de 318,1 à 356,0 millions d'euros ou +11,9%. En comparaison avec le premier semestre (+5,9%), c'est une franc...

L'amélioration du contexte économique en Europe s'est révélée positive pour la société chimique Recticel au troisième trimestre. En revanche, l'offre d'isocyanate (MDI) est demeurée insuffisante. Le prix de cette matière première chimique, qu'utilise le groupe dans ses panneaux d'isolation, a en conséquence grimpé et sa livraison a été retardée. Autre élément négatif : Recticel s'était fait livrer par BASF du MDI pollué. Heureusement, celui-ci semble en fin de compte ne présenter aucun danger pour la santé et la sécurité. Malgré les difficultés rencontrées, le groupe affiche une croissance appréciable de son chiffre d'affaires (CA), de 318,1 à 356,0 millions d'euros ou +11,9%. En comparaison avec le premier semestre (+5,9%), c'est une franche amélioration. Sans considérer les effets de change (-0,8%), la progression aurait presque atteint 13%. Après neuf mois, la croissance du CA s'établit, grâce au très bon troisième trimestre, à 7,8% (sans les effets de change, à 8,8%), de 1,004 à 1,083 milliard d'euros. L'augmentation du CA est principalement attribuable à la hausse des prix de vente moyens dans les segments Isolation et Mousses souples, aux volumes importants dans l'Automobile et au lancement de nouveaux programmes dans le sous-segment Interiors (habillage des tableaux de bord et panneaux de portières). Si la croissance s'est accélérée au troisième trimestre, c'est parce que, à la différence du premier semestre, Recticel a réussi à exploiter le potentiel de croissance de la division Isolation. Le groupe y a notamment compensé les volumes de vente plus faibles en rythme annuel, consécutifs à la pénurie d'approvisionnement en MDI, par des hausses de prix de vente. La hausse du CA est en effet ressortie, dans le segment, à 22,5% fin septembre (de 59,0 à 72,4 millions d'euros), contre encore 9,5% au terme du premier semestre. Après neuf mois, la croissance du CA s'est dès lors accrue à 13,8%, franchissant le cap des 200 millions d'euros (de 177,2 à 201,6 millions d'euros). Le segment Automobile est demeuré le plus performant au troisième trimestre. Le CA s'y est accru de 30,1% (de 64,2 à 84,1 millions d'euros) grâce à la sensible croissance du CA du sous-segment Interiors et à la relance de l'usine de Most, en Tchéquie, après l'incendie accidentel survenu sur le site au deuxième trimestre. La division la plus importante, les Mousses souples, n'a vu son CA augmenter que de 5,2% (de 141,3 à 148,6 millions d'euros), mais c'est déjà mieux que la maigre progression de 2,3% observée sur les six premiers mois. La division Confort du sommeil affiche le moins bon résultat : un repli de 7,5% de son CA au troisième trimestre, de 70,1 à 64,9 millions d'euros. On notera que ces chiffres figurent dans la déclaration intermédiaire relative au troisième trimestre; il ne s'agit donc pas d'un rapport financier à proprement parler. La direction mise toujours, pour l'exercice 2017, sur une hausse du CA total et du cash-flow opérationnel récurrent (sans prendre en compte les éléments exceptionnels - Rebitda). Recticel a profité davantage du redressement économique européen au troisième trimestre qu'au premier semestre. A moins de 14 fois le bénéfice escompté cette année et moins de sept fois le rapport attendu entre la valeur d'entreprise (EV) et le cash-flow opérationnel (Ebitda), le prix de l'action, vraisemblablement redécouverte par le marché, n'est plus attrayant. D'où l'abaissement de notre conseil.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 8,50 eurosTicker : REC BBCode ISIN : BE0003656676Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 467 millions EURC/B 2016 : 30C/B attendu 2017 : 13,8Perf. cours sur 12 mois : +49 %Perf. cours depuis le 01/01 : +28 %Rendement du dividende : 2,1 %