Les actionnaires du producteur de caoutchouc mousse sont soulagés. Cet été, l'autorité de la concurrence britannique (CMA) avait fait savoir que la vente de la division Mousses techniques à Carpenter (pour 656 millions d'euros, soit 11,50 euros environ par action) allait restreindre de façon excessive la concurrence outre-Manche. Carpenter a par conséquent annoncé son intention de se défaire de l'essentiel de son activité Mousses techniques au Royaume-Uni. La décision ayant l'heur de plaire à la CMA, la transaction avec Recticel pourra être conclue dès que l'américain aura trouvé un acheteur acceptable (lors de la mise à jour relative au 3e trimestre, Recticel visait toujours le 1er trimestre de 2023). Alors proche de 300 millions d'euros, sa trésore...

Les actionnaires du producteur de caoutchouc mousse sont soulagés. Cet été, l'autorité de la concurrence britannique (CMA) avait fait savoir que la vente de la division Mousses techniques à Carpenter (pour 656 millions d'euros, soit 11,50 euros environ par action) allait restreindre de façon excessive la concurrence outre-Manche. Carpenter a par conséquent annoncé son intention de se défaire de l'essentiel de son activité Mousses techniques au Royaume-Uni. La décision ayant l'heur de plaire à la CMA, la transaction avec Recticel pourra être conclue dès que l'américain aura trouvé un acheteur acceptable (lors de la mise à jour relative au 3e trimestre, Recticel visait toujours le 1er trimestre de 2023). Alors proche de 300 millions d'euros, sa trésorerie nette permettra à l'entreprise belge de poursuivre sa stratégie de croissance dans l'isolation. Un accord portant sur l'acquisition de Trimo, producteur slovène de panneaux d'isolation de haute qualité, avait auparavant déjà été conclu avec Innova Capital. Recticel se renforce donc sur trois plans: géographique, en direction de l'Europe centrale; au niveau de sa gamme, avec l'intégration des panneaux d'isolation; et technique, par l'ajout de la laine minérale à la liste de ses matières premières.La direction ambitionnait de multiplier le chiffre d'affaires (CA) par deux d'ici à n2025, mais des difficultés opérationnelles pourraient bien l'en empêcher. La croissance espérée du cash-flow opérationnel (Ebitda) n'a pu être réalisée ni au 2e, ni au 3e trimestre. Le CA est certes passé de 107,6 millions à 153,5 millions d'euros entre juin et septembre (+42,7%), mais ce bond, du reste inférieur au consensus, s'explique quasi intégralement par l'acquisition de Trimo. Le groupe annonce pour l'exercice un Ebitda ajusté de 60-65 millions d'euros, alors que le consensus misait sur 68 millions. Il faut cela dit voir en Recticel une entreprise en pleine transition - peu de sociétés ont tant changé en l'espace d'un an et demi. En mai 2021, Greiner avait à la surprise générale acquis, au prix de 13,5 euros par action, les 27% de participation (contrôle) que la Compagnie du Bois Sauvage détenait dans Recticel. Il avait également fait offre, pour le même prix, sur le reste des titres, dont le cours était toutefois resté obstinément supérieur à 13,5 euros - la direction et le conseil d'administration avaient clairement invité les actionnaires à ne pas accepter cette offre hostile. Habile, la direction a réussi à se débarrasser de Greiner en vendant ce qui l'intéressait: les Mousses techniques (pôle le plus important de Recticel). Recticel 2.0 se concentrera par conséquent sur le potentiel de croissance dans l'isolation, une activité dans laquelle Greiner est très peu présent. En quête d'une porte de sortie, l'autrichien a vendu une participation de contrôle au holding Spring Holdco (Baltisse) de Filip Balcaen. L'investisseur, qui a acquis un certain nombre d'actions Recticel supplémentaires ces derniers temps, autorise la direction à concrétiser ses projets de croissance; Greiner, lui, se contentera de la jolie plus-value que lui a rapportée la vente.Filip Balcaen est le "sauveur" du nouveau plan de croissance, axé sur l'isolation. Ses achats récents montrent qu'il a pleinement confiance dans cette stratégie. A un peu plus d'une fois la valeur comptable, la valorisation, pour une société dont la trésorerie nette et le profil de croissance devraient s'améliorer à moyen terme, est redevenue intéressante. Nous recommandons d'acheter.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 14,96 eurosTicker: REC BBCode ISIN: BE0003656676Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 829,6 millions EURC/B 2021: 18C/B attendu 2022: 22Perf. cours sur 12 mois: -8%Perf. cours depuis le 01/01: -17%Rendement du dividende: 2,1%