Recticel aurait dû briller de mille feux. L'amélioration du contexte économique en Europe est en effet un paramètre crucial. Qui trouve d'ailleurs écho dans la progression du chiffre d'affaires (CA) au premier semestre. Cependant, comme nous l'avons indiqué précédemment, la division Isolation de Recticel a été confrontée au déficit d'isocyanate MDI. Le coût de cette matière première a dès lors nettement augmenté (de 34% en l'espace d'une année), et sa livraison a été retardée. Ce facteur a limité la croissance du CA dans l'Isolation à 9,4% au premier semestre (de 118,1 à 129,2 millions d'euros). Le CA combiné du groupe a totalisé au premier semestre 726,8 millions d'euros, ce qui représente...

Recticel aurait dû briller de mille feux. L'amélioration du contexte économique en Europe est en effet un paramètre crucial. Qui trouve d'ailleurs écho dans la progression du chiffre d'affaires (CA) au premier semestre. Cependant, comme nous l'avons indiqué précédemment, la division Isolation de Recticel a été confrontée au déficit d'isocyanate MDI. Le coût de cette matière première a dès lors nettement augmenté (de 34% en l'espace d'une année), et sa livraison a été retardée. Ce facteur a limité la croissance du CA dans l'Isolation à 9,4% au premier semestre (de 118,1 à 129,2 millions d'euros). Le CA combiné du groupe a totalisé au premier semestre 726,8 millions d'euros, ce qui représente une progression de quelque 40 millions d'euros ou 5,9% par rapport aux 686 millions d'euros de la même période en 2016. Hors pertes de change (-1,0%), l'augmentation aurait même atteint près de 7%. L'affaiblissement considérable de la livre affecte donc encore le groupe, même si la perte de change n'est pas aussi marquée qu'en 2016 (-2,2%). La hausse du CA a été rendue possible par des volumes solides dans un contexte de marché positif, des prix de vente moyens plus élevés grâce à la hausse des prix des matières premières, plusieurs initiatives réussies favorisant la croissance (Isolation et Mousses), ainsi que par le lancement de plusieurs nouveaux programmes (Automobile). La division Isolation n'a donc hélas pas pu exploiter pleinement son potentiel, mais heureusement, plusieurs autres activités cycliques se sont particulièrement bien comportées sur la période, et ont soutenu la croissance du CA. Le pôle Automobile, par exemple, s'est distingué par une hausse du CA de 18,1% sur les six premiers mois de 2017 (de 146,9 à 173,5 millions d'euros), grâce à la sensible croissance du CA du sous-segment Interiors et malgré l'effet négatif de l'incendie dans l'usine de Most, en Tchéquie. La division la plus importante, les Mousses flexibles, doit se contenter d'une augmentation de son CA de 2,3% (de 310,3 à 317,5 millions d'euros). Le Confort du sommeil est le canard boiteux, avec un repli de 6,6% de son CA (de 148,1 à 138,3 millions d'euros), ce qui suppose que l'Automobile a fait mieux dans le classement, et devient la deuxième division s'agissant du CA. Comme anticipé, la forte hausse des prix des matières premières a érodé la rentabilité. Le cash-flow opérationnel récurrent combiné (hors éléments exceptionnels, REBITDA) s'est tassé de 8,6% (de 54,8 à 50,1 millions d'euros). Cela suppose une érosion de la marge de REBITDA, de 8% au premier semestre de l'an dernier à 6,9% aujourd'hui. Le REBITDA du pôle Isolation a plongé de 20,2%. Le bénéfice net a reculé de 15,5 à 14,3 millions d'euros ou -7,7%. Mais la direction continue heureusement de tabler pour l'année entière sur une hausse du CA combiné et du REBITDA. Le redressement économique européen est favorable à Recticel, même s'il n'a pas pu en tirer profit pleinement au premier semestre. À 12,5 fois le bénéfice escompté cette année et 6 fois le rapport attendu entre la valeur d'entreprise (EV) et le cash-flow opérationnel (EBITDA), l'action présente encore une valorisation correcte. Le maintien des prévisions par la direction a soutenu le titre.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1BDevise : euroMarché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 410 millions EURC/B 2016 : 26C/B attendu 2017 : 12,5Perf. cours sur 12 mois : +21 %Perf. cours depuis le 01/01 : +12,5 %Rendement du dividende : 2,4 %