Le secteur technologique a présenté des résultats disparates. Les acteurs les plus performants ont été récompensés: c'est le cas d'Alphabet, le holding chapeautant les différentes plateformes de Google, qui a fait état d'un quatrième trimestre et d'un exercice excellents. Son action a même atteint un record.
...

Le secteur technologique a présenté des résultats disparates. Les acteurs les plus performants ont été récompensés: c'est le cas d'Alphabet, le holding chapeautant les différentes plateformes de Google, qui a fait état d'un quatrième trimestre et d'un exercice excellents. Son action a même atteint un record.Son chiffre d'affaires (CA) a progressé de 32% sur un an, à 75,3 milliards de dollars, soit un 3e trimestre record de suite; le consensus (72,2 milliards de dollars) a été largement dépassé. Aucune entreprise ne génère plus de revenus publicitaires (en ligne) qu'Alphabet: 61,2 milliards de dollars au quatrième trimestre (81% du CA), soit 4 milliards de plus que le consensus et 32,5% de mieux qu'un an plus tôt, et 209,5 milliards de dollars sur l'exercice (+43% par rapport à 2020). Google Search reste, de loin, la division qui contribue le plus au CA, avec 43,3 milliards de dollars (+36% sur un an; consensus: 41 milliards). Le divertissement, le tourisme, la finance et le commerce de détail, notamment, ont contribué à la croissance des publicités via le moteur de recherche. YouTube a, malgré une croissance de 25%, à 8,6 milliards de dollars, manqué les attentes, notamment en raison des changements du système d'exploitation iOS d'Apple. YouTube tire de plus en plus de revenus des abonnements; Alphabet vise un modèle similaire à celui des sociétés de streaming. Le CA de Google Network (annonces sur les sites partenaires) a progressé de 26%, à 9,3 milliards de dollars. Chez Google Other, le smartphone Pixel a enregistré des ventes records, malgré des retards de livraison consécutifs à la pénurie de puces. Google Cloud a signé la plus forte croissance du groupe (+45% du CA, à 5,54 milliards de dollars), mais demeure déficitaire en raison de ses gros investissements dans les infrastructures; à 890 millions de dollars, la perte opérationnelle dépasse de près de 100 millions de dollars les prévisions. La division expérimentale, Other Bets, a vu ses revenus reculer de 8% en un an, à 181 millions de dollars; sa perte opérationnelle s'est creusée, à 1,45 milliard de dollars.Le bénéfice opérationnel du groupe a augmenté de 40%, à 21,9 milliards de dollars, pour un résultat net de 20,6 milliards, ou 30,69 dollars par action, dont 2,84 dollars issus de plus-values sur titres. Même en les exceptant, le bénéfice dépasse le consensus (27,56 dollars). Etant donné le cours élevé de l'action, un fractionnement sera effectué le 1er juillet, qui en améliorera la liquidité: une action existante sera échangée contre 20 nouveaux titres. Les trois types d'actions du groupe (classe A, ticker GOOGL, avec droit de vote, classe B, avec 10 droits de vote, non cotées et destinées aux fondateurs, et classe C, ticker GOOG, sans droits de vote) sont concernées. Le flottant a diminué de 1,4% sur les quatre derniers trimestres par suite des rachats d'actions (50 milliards de dollars). Alphabet a généré un cash-flow disponible d'un peu plus de 67 milliards de dollars en 2021 (+56% sur un an). La position de trésorerie avait augmenté à près de 140 milliards de dollars, fin 2021.Alphabet se négocie à 25 fois les bénéfices attendus et à près de six fois le CA. Ce n'est pas bon marché, mais pas excessif non plus au vu de la croissance. Rien n'indique que l'essor de la publicité en ligne puisse se tarir à court terme; la machine est bien huilée. Si le secteur technologique venait à subir une nouvelle correction, nous pourrions envisager l'achat du titre.Conseil: conserver/attendreRisque: faibleRating: 2ACours: 2.860,32 dollarsMarché: NasdaqTicker: GOOG USCode ISIN: US02079K1079Capit. boursière: 1.890 milliards USDC/B 2021: 25,5C/B attendu 2022: 25Perf. cours sur 12 mois: +40%Perf. cours depuis le 01/01: -1%Rendement du dividende: -