L'action RealDolmen a abandonné 4% après la publication de résultats trimestriels décevants et une révision à la baisse des prévisions en matière de chiffre d'affaires (CA) et de marges. Le fournisseur belge de services informatiques avait pourtant été performant en Bourse au premier semestre, récupérant même en quelques mois la totalité des pertes essuyées l'an dernier. Avec le terrain concédé sur la publication du récent rapport semestriel, RealDolmen a aujourd'hui retrouvé le niveau du début de l'année. Le nouvel exercice 2015-2016 a mal commencé avec une baisse du CA de 4,4%, à 51,1 millions EUR. Ce sont surtout les résultats de la division Infrastructure Products qui ont déçu. Alors qu'elle av...

L'action RealDolmen a abandonné 4% après la publication de résultats trimestriels décevants et une révision à la baisse des prévisions en matière de chiffre d'affaires (CA) et de marges. Le fournisseur belge de services informatiques avait pourtant été performant en Bourse au premier semestre, récupérant même en quelques mois la totalité des pertes essuyées l'an dernier. Avec le terrain concédé sur la publication du récent rapport semestriel, RealDolmen a aujourd'hui retrouvé le niveau du début de l'année. Le nouvel exercice 2015-2016 a mal commencé avec une baisse du CA de 4,4%, à 51,1 millions EUR. Ce sont surtout les résultats de la division Infrastructure Products qui ont déçu. Alors qu'elle avait enregistré une croissance de 10% au même trimestre l'an dernier, cette division accuse un recul de 3,6%, à 17,6 millions EUR. En cause : l'essor du cloud-computing. Désormais, les entreprises ne construisent plus leurs propres centres de données, mais louent la capacité nécessaire. Ce qui réduit les besoins de hardware. RealDolmen profite d'ailleurs de cette tendance dans d'autres divisions, mais pour l'instant pas suffisamment pour compenser la baisse des ventes de hardware. Professional Services, la plus grande division du groupe, a vu son CA légèrement augmenter (+0,5%), à 25 millions EUR. Dans cette division, la branche Application Services a été particulièrement performante. Au contraire d'Infrastructure Services, pour les mêmes raisons que celles qui expliquent la baisse des ventes de produits : une grande partie du CA provient en effet de la construction et de la gestion de centres de données. Du côté de Business Solutions - développement d'applications propres -, le CA a baissé de 17,7%, à 8,57 millions EUR. Le recul paraît impressionnant, mais la base de comparaison est très défavorable en raison d'un trimestre exceptionnel il y a un an. De plus, RealDolmen mise surtout sur des projets à plus forte marge bénéficiaire dans cette division. C'est d'ailleurs nécessaire, car l'exercice précédent a été marqué par une marge de REBIT (bénéfice opérationnel récurrent) négative, même si la deuxième moitié de l'année, avec +4,5%, était déjà nettement meilleure que la première. RealDolmen a encore communiqué que le CA du groupe baisserait légèrement cette année par rapport à 2014-2015 (224,7 millions EUR). Le principal problème est cependant que le redressement de la rentabilité ne se poursuivra pas. La direction pronostiquait une marge de REBIT de 5% pour l'exercice 2015-2016. Mais RealDolmen a dû revenir sur cet objectif après seulement un trimestre. La rentabilité de la division Infrastructure Products (4,3% l'an dernier) va à nouveau régresser. Du côté de Professional Services (8,6%), on table sur un statu quo par rapport à l'an dernier, alors que Business Solutions devrait être rentable cette année, mais avec un CA en baisse. Au total, la marge au niveau du groupe n'atteindra donc pas 5%, mais plutôt le niveau de l'an dernier (3,8%). Un dividende sera à nouveau distribué, le premier en 15 ans. Le rendement ne dépassera cependant pas 1,3%.ConclusionMalgré la faible valorisation (près de 10 fois les bénéfices attendus et 0,7 fois la valeur comptable), nous avons toujours été réticents face à RealDolmen en raison de l'absence de perspectives de croissance. Les nouvelles prévisions en matière de CA et de marges bénéficiaires nous confortent dans ces réserves. Le dividende n'est pas en soi une raison suffisante de recommander l'action. Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B