18,54 EUR - 3B A conserver
...

18,54 EUR - 3B A conserverLe fournisseur de services et produits informatiques a fait place nette l'an dernier en amortissant en une seule fois l'ensemble de ses charges exceptionnelles, provisions et réductions de valeur. Il a ainsi pu entamer le nouvel exercice de 2013-2014 dans les meilleures conditions. Au cours des six mois qui se sont terminés le 30 septembre, le chiffre d'affaires (CA) du groupe a progressé de 2,5% à 115,08 millions EUR, alors que le bénéfice récurrent (REBIT) s'établissait à 4,9 millions EUR, soit une marge de 4,3%. La même période, l'an dernier, avait encore été marquée par une perte de 15 millions EUR (marge de -2,5%). Au terme du 1er semestre, le bénéfice net se monte ainsi à 4,5 millions EUR, soit 0,87 EUR par action. Le nouvel exercice n'avait pas bien commencé, mais une augmentation du CA de 5,8% entre juillet et septembre a sauvé les meubles. RealDolmen veut accroître le CA provenant de services à plus forte valeur ajoutée, qui engendrent davantage de bénéfices. Une stratégie que le groupe entend appliquer dans tous les départements. La division où cela s'avère plus difficile est Infrastructure Products, car la vente de hardware n'est pas aussi rentable que celle de logiciels et de services. Le département est néanmoins important parce que services et hardware sont souvent vendus ensemble. La branche hardware a évolué à contre-courant de la tendance générale du groupe avec un excellent début d'année, suivi d'un affaiblissement l'été. Le tout s'est traduit par une ascension du CA de 8,5% entre avril et juin, puis par un recul de 6,6% au 2e trimestre. Le semestre se solde malgré tout par une progression de 4,8% alors que la marge de REBIT s'est établie à 4%, un niveau acceptable. La direction se fait fort de réduire encore la part d'Infrastructure Products dans le CA (actuellement 27%) à l'avenir. La plus petite division, Business Solutions, affiche une croissance plus rapide, avec une hausse du CA de 5,5%. Le 2e trimestre, surtout, a été très bon (+26,4%). Ce département s'occupe principalement du développement de nouvelles applications. Des acquisitions supplémentaires et le lancement de nouvelles applications ont cependant engendré une marge de REBIT négative de 6,6%, certes meilleure que les -10,3% de l'an dernier. La division Professional Services prend à son compte plus de la moitié du CA du groupe. C'est également le coeur d'activités du groupe, qui consiste à détacher des spécialistes en informatique auprès de clients dans le cadre de projets spécifiques. Malgré un faible 1er trimestre (-3,6%), le bilan des six premiers mois est positif - de justesse - avec une hausse du CA de 5,6%. Il faut surtout noter la nette amélioration de la rentabilité, avec une marge de REBIT de 9,9% contre seulement 1,1% l'an dernier. Cette progression est imputable à une amélioration de la productivité et à la belle performance des activités au Luxembourg. RealDolmen profite, selon les dires de la direction, de la demande croissante de projets liés au cloud et de l'essor des applications mobiles. La marge de REBIT au niveau du groupe devrait s'établir autour de 5% pour l'exercice. Au terme du 1er semestre, le groupe affiche une position de trésorerie de 17,5 millions EUR et une dette de 20,43 millions EUR.Un premier trimestre plutôt décevant a été largement compensé par un bien meilleur deuxième trimestre, pour un bilan finalement positif après six mois. La rentabilité devrait encore augmenter légèrement au cours de l'exercice, mais reste plutôt faible en termes absolus. Le secteur est très concurrentiel, ce qui entraîne par définition une pression sur les marges. Son fort ancrage belge procure à RealDolmen un avantage compétitif par rapport à la concurrence, alors que la position financière saine est un atout. L'action se prépare à s'attaquer à son sommet de l'an dernier. A 11 fois le bénéfice attendu et 0,75 fois la valeur comptable, nous trouvons la valorisation de RealDolmen correcte vu la faible croissance. A conserver (3B).