PostNL peine décidément à produire cash-flows et bénéfices prévisibles. Conformes aux attentes et prometteurs, les résultats de l'exercice 2019 ne trouveront malheureusement pas d'écho cette année: l'opérateur logistique pronostique pour 2020 un bénéfice opérationnel normalisé de 110-130 millions d'euros, contre 135 millions encore l'an passé. La chute du bénéfice opérationnel récurrent s'explique surtout par l'adoption de contrats de travail et de régimes de retraite plus coûteux.
...

PostNL peine décidément à produire cash-flows et bénéfices prévisibles. Conformes aux attentes et prometteurs, les résultats de l'exercice 2019 ne trouveront malheureusement pas d'écho cette année: l'opérateur logistique pronostique pour 2020 un bénéfice opérationnel normalisé de 110-130 millions d'euros, contre 135 millions encore l'an passé. La chute du bénéfice opérationnel récurrent s'explique surtout par l'adoption de contrats de travail et de régimes de retraite plus coûteux.Les cash-flows disponibles resteront eux aussi bien en deçà des attentes - ils seront même quasi inexistants, alors que des engagements de pension uniques coûteront à la société 300 millions d'euros. L'absence de cash-flows disponibles est un fait important car PostNL ne recommencera à payer un dividende que si le ratio d'endettement est suffisamment bas, c'est-à-dire, selon la direction, pas avant un an ou deux. Elle montre également à quel point il est impératif, pour devenir rentable, d'investir massivement dans les restructurations et les infrastructures.PostNL tire désormais plus de la moitié de son chiffre d'affaires et les deux tiers de ses bénéfices de la distribution de colis. La croissance de ses revenus dépend intégralement de cette activité, puisque le courrier traditionnel cède près de 10% chaque année. Or si au 4e trimestre de 2019, la croissance des volumes dans la division Colis a été de 10% (12% sur l'exercice et plus de 20% encore en 2018), elle ne devrait plus dépasser, cette année, 7 à 9%. La direction pointe du doigt l'érosion de la confiance des consommateurs et le ralentissement de la croissance des marchés virtuels matures. Plusieurs plateformes d'e-commerce se chargent de surcroît elles-mêmes de la livraison des articles vendus, ce qui ralentit pour l'heure la progression des volumes. Si elle continue à améliorer son efficacité et ses tarifs, PostNL pourra maintenir les marges de la division Colis à 7% environ; l'accroissement des volumes de colis devrait donc se traduire, cette année, par une accélération proportionnelle du bénéfice opérationnel normalisé.PostNL déplore, comme toutes ses concurrentes, une baisse continue des volumes de courrier distribué. Cette activité a produit l'an dernier un bénéfice opérationnel de 52 millions d'euros, contre 130 millions encore en 2018. Pour tenter de stopper l'hémorragie, l'autorité de régulation a autorisé en 2019 la société à racheter son concurrent Sandd; en améliorant son efficacité et en augmentant ses prix, le groupe issu de la fusion devrait pouvoir développer des synergies qui lui permettront d'accroître de 50 millions d'euros son bénéfice opérationnel d'ici à 2022. Pour cette année, le bénéfice opérationnel du trafic traditionnel devrait au moins se maintenir, ce qui est déjà une bonne chose.Améliorer les résultats et accroître leur caractère prévisible prend plus de temps que prévu. La hausse du coût du travail et des retraites sape les prévisions pour cette année. Le bénéfice opérationnel récurrent devrait chuter de 15% et en raison de la faiblesse des cash-flows disponibles, la restauration du dividende n'est pas pour tout de suite. Contre toute attente, la croissance de la division Colis ralentit, alors que c'est de cette activité précisément que dépendent les résultats du groupe. Les nombreuses incertitudes et le profil de risque relativement élevé sont compensés par la faiblesse de la valorisation (rapport cours/bénéfice de 8 sur la base du bénéfice opérationnel normalisé). Nous conseillons toujours de conserver. Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2BCours: 1,5 euroTicker: PNLCode ISIN: NL0009739416Marché: Euronext AmsterdamCapit. boursière: 750 millions EURC/B 2019: 9C/B attendu 2020: 8Perf. cours sur 12 mois: -40%Perf. cours depuis le 01/01: -25%Rendement du dividende: -