Le groupe agroalimentaire anversois achève, après six excellents mois, un 4e trimestre moins réjouissant sur le plan de la production. Les pluies exceptionnelles en Indonésie ont pesé sur la récolte de noix de palme et sur les pourcentages d'extraction (quantité d'huile extraite d'une tonne de fruits). Dans la plantation, mature, de Tolan Tiga, au nord de Sumatra, la production d'huile de palme s'est établie à 19.179 tonnes, en hausse de 1,8% en glissement annuel. UMW/TUM, plus jeune, accuse un recul de 5,8%, à 9.145 tonnes et Agro Muko, dans la province de Bengkulu, voit sa production reculer de 7,3%, à 19.883 tonnes. Dans la nouvelle plantation de Musi Rawas et celle, récemment acquise, de Dendy Marker, dans le sud de Sumatra, la production, bien que toujours limitée, a bondi de ...

Le groupe agroalimentaire anversois achève, après six excellents mois, un 4e trimestre moins réjouissant sur le plan de la production. Les pluies exceptionnelles en Indonésie ont pesé sur la récolte de noix de palme et sur les pourcentages d'extraction (quantité d'huile extraite d'une tonne de fruits). Dans la plantation, mature, de Tolan Tiga, au nord de Sumatra, la production d'huile de palme s'est établie à 19.179 tonnes, en hausse de 1,8% en glissement annuel. UMW/TUM, plus jeune, accuse un recul de 5,8%, à 9.145 tonnes et Agro Muko, dans la province de Bengkulu, voit sa production reculer de 7,3%, à 19.883 tonnes. Dans la nouvelle plantation de Musi Rawas et celle, récemment acquise, de Dendy Marker, dans le sud de Sumatra, la production, bien que toujours limitée, a bondi de 63,5%, à 2.157 tonnes. Avec une croissance de 10,9%, à 22.565 tonnes, Hargy Oil Palms, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a fait contrepoids, ce qui a permis au groupe d'accroître sa production propre de 1,8%, à 72.929 tonnes. Sur une base annuelle, l'augmentation est de 6,7% (290.441 tonnes; prévision: +9%). Si l'on inclut les fruits achetés à des tiers, la production d'huile de palme s'est accélérée de 6,3%, à 351.757 tonnes (+6,1%, à 90.077 tonnes, au 4e trimestre, grâce aux 22,9%, à 15.140 tonnes, de croissance chez Hargy), ce qui permet à Sipef de franchir pour la première fois le cap des 350.000 tonnes. Le cours de l'huile de palme a beaucoup déçu en 2018. L'instauration inopinée de droits d'importation par l'Inde à partir de mars, l'importance des stocks et, surtout, les tensions entre les Etats-Unis et la Chine, l'ont fait chuter de 16,4% en moyenne, de 715 dollars en 2017 à 598 dollars un an plus tard. Le chiffre d'affaires annuel de l'huile de palme a par conséquent cédé 13,7%, à 240,1 millions de dollars et le chiffre d'affaires consolidé, 14,4%, à 275,3 millions de dollars. Le bénéfice brut s'établit à 72,1 millions de dollars (-40,5%) et le bénéfice opérationnel récurrent, à 42,7 millions (-52,7%). Le bénéfice net récurrent s'élève à 22,7 millions de dollars (-64,8%) et si l'on inclut la plus-value de 7,4 millions réalisée sur la vente des 50% de participation dans l'assureur belge BDM-ASCO, le résultat net atteint 30,1 millions. Conformément à la politique du groupe en la matière (distribution de 30% du bénéfice récurrent), le dividende brut est passé de 1,6 à 0,55 euro par action (-65%). Sipef, qui poursuit son ambitieux programme d'investissements (69,4 millions de dollars), a vu sa dette nette s'alourdir, de 83,7 à 121,4 millions de dollars.La météo fait toujours des siennes, mais Sipef n'en continue pas moins de miser sur une augmentation de 8%, à 380.000 tonnes sur une base annuelle, de sa production consolidée. Après le plancher (moins de 450 dollars) atteint en novembre, l'huile de palme a repassé la barre des 550 dollars. La faible croissance de la production mondiale sera complètement absorbée par l'accélération de la demande de l'industrie du biodiesel en Indonésie et en Malaisie. Sipef, qui compte par conséquent sur une poursuite du redressement progressif des cours ces prochains mois, n'a vendu que 23% de sa production annuelle escomptée, à 584 dollars la tonne, contre 41% à 741 dollars à la même date l'an dernier. Les investissements à Sumatra du Sud se poursuivent normalement; ils devraient porter la superficie aux alentours de 100.000 hectares (120.000, si l'on inclut l'approvisionnement externe) d'ici à 2022. L'action n'a guère réagi à la publication des résultats annuels. A une fois environ la valeur comptable, la valorisation est attrayante pour l'investisseur qui privilégie un horizon long. Acheter (rating 1B). Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 51,8 eurosTicker: SIP BBCode ISIN: BE0003898187 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 548 millions EURC/B 2018: 19,5C/B attendu 2019: 22Perf. cours sur 12 mois: -19%Perf. cours depuis le 01/01: +6%Rendement du dividende: 1,1%