Le marché du smartphone, et particulièrement le segment le plus cher, approche la maturité, ce qui se traduit par des chiffres de croissance plus faibles. Si c'est un problème pour les producteurs de ces appareils mobiles, c'en est aussi pour les fournisseurs. Et à cette catégorie appartient Qualcomm. Le spécialiste américain des semi-conducteurs produit des chipsets (processeurs et partie communication) pour smartphones et autres appareils mobiles. Il détient aussi les droits intellectuels sur divers protocoles de communication mobile (CDMA, SCDMA) développés par l'entreprise. Les producteurs d'appareils mobiles qui intègrent ces protocoles doivent payer une indemnité à Qualcomm pour chaque appareil...

Le marché du smartphone, et particulièrement le segment le plus cher, approche la maturité, ce qui se traduit par des chiffres de croissance plus faibles. Si c'est un problème pour les producteurs de ces appareils mobiles, c'en est aussi pour les fournisseurs. Et à cette catégorie appartient Qualcomm. Le spécialiste américain des semi-conducteurs produit des chipsets (processeurs et partie communication) pour smartphones et autres appareils mobiles. Il détient aussi les droits intellectuels sur divers protocoles de communication mobile (CDMA, SCDMA) développés par l'entreprise. Les producteurs d'appareils mobiles qui intègrent ces protocoles doivent payer une indemnité à Qualcomm pour chaque appareil vendu. La division Brevets de Qualcomm (QTL) perçoit également moins de revenus en cas de ventes inférieures. Qualcomm doit investir lourdement dans la recherche et le développement pour pouvoir rester au top au niveau technologique. Ce budget annuel avoisine 5milliards USD. Notons par ailleurs la concurrence croissante des grands producteurs qui développent leurs propres chipsets et des entreprises (chinoises) qui y parviennent de manière plus économe. La conséquence est que Qualcomm est confronté à une baisse de son chiffre d'affaires. Après un repli en 2015 (-3%), le chiffre d'affaires sera à nouveau en baisse à l'exercice courant (date de clôture : 30/9). Le consensus faisait état d'un repli de plus de 8%. Les résultats du 3etrimestre étaient meilleurs que prévu, avec un chiffre d'affaires de 6,03milliards USD, soit 4% de plus qu'un an plus tôt et même 9% de plus qu'au trimestre précédent. La marge brute s'est également hissée à 60,2%. Le chiffre d'affaires de la division Semi-conducteurs (QCT) est resté inchangé sur une base annuelle, mais du fait d'une contribution plus importante des semi-conducteurs meilleur marché, les prix de vente moyens ont baissé. La marge bénéficiaire de QCT a stagné à 9,5% mais Qualcomm affirme pouvoir la porter à au moins 16% au 4etrimestre. À moyen terme, le niveau de 20% pourrait même être atteint, à condition de réduire la dépendance au segment du smartphone. Qualcomm mise aussi sur d'autres segments comme les serveurs, les véhicules sans conducteurs, les drones et l'Internet des Objets. Dans la division QTL, la marge bénéficiaire s'est élevée à 85,8%. Le mois dernier, de nouvelles opérations de licences ont été conclues avec les producteurs chinois de smartphones Oppo et Vivo. Qualcomm avait précédemment déjà signé un accord avec Xiaomi. Plus tôt cette année, le dividende trimestriel a été relevé de 10%, à 0,53USD par action. Sur les trois premiers trimestres de cet exercice, Qualcomm a consacré 5,7milliards USD au versement de dividendes et au rachat d'actions propres. Pour autant, les cash-flows libres sont positifs, à 4,93milliards USD, soit une hausse de 10% par rapport à l'an dernier depuis le début de l'exercice; pour l'exercice complet, le groupe prévoit d'atteindre 6,5milliards USD. Au terme du 3etrimestre, Qualcomm avait 31milliards USD de liquidités et d'actifs de court terme au bilan, et 11,8milliards USD de dettes. ConclusionQualcomm se maintient bien dans un marché très compétitif. Il est financièrement sain et génère des cash-flows libres positifs. La décote par rapport à la moyenne boursière a cependant totalement disparu. À près de 15fois le bénéfice attendu et un rendement d'un peu plus de 3%, nous considérons que l'action n'est plus digne d'achat. D'où l'abaissement du conseil.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2B