Le producteur américain de semi-conducteurs est principalement actif dans le segment des puces pour appareils mobiles comme les smartphones et les tablettes. Longtemps, le groupe a pu opérer seul dans cette niche, mais cette ère est désormais révolue. Qualcomm dispose certes encore d'une part de marché de 66% mais il doit partager le gâteau avec davantage d'opérateurs à présent. En 2015, la direction a déjà dû abaisser les prévisions pour l'exercice en cours jusque trois fois. Dans le segment inférieur des appareils mobiles, de plus en plus de clients optent pour des semi-conducteurs meilleur marché. Le groupe taïwanais MediaTek porte particulièrement préjudice à Qualcomm. Le segment...

Le producteur américain de semi-conducteurs est principalement actif dans le segment des puces pour appareils mobiles comme les smartphones et les tablettes. Longtemps, le groupe a pu opérer seul dans cette niche, mais cette ère est désormais révolue. Qualcomm dispose certes encore d'une part de marché de 66% mais il doit partager le gâteau avec davantage d'opérateurs à présent. En 2015, la direction a déjà dû abaisser les prévisions pour l'exercice en cours jusque trois fois. Dans le segment inférieur des appareils mobiles, de plus en plus de clients optent pour des semi-conducteurs meilleur marché. Le groupe taïwanais MediaTek porte particulièrement préjudice à Qualcomm. Le segment de marché supérieur arrive progressivement à maturité et qui plus est, plusieurs acteurs sortent leur propre design. L'exemple le plus connu est celui de Samsung, qui produit également des semi-conducteurs en plus de concevoir des appareils mobiles. Samsung a sa propre ligne de produits Exyno pour les semi-conducteurs mobiles, qu'il utilise notamment dans son modèle phare Galaxy S6. A l'exercice dernier, Samsung représentait 12% du chiffre d'affaires (CA) de la division semi-conducteurs de Qualcomm. Qualcomm est donc confronté à un problème. Heureusement, la ligne de produits Snapdragon est techniquement supérieure. Avec la nouvelle série 820, il espère pouvoir regagner les parts de marché perdues. Qualcomm s'articule toujours autour de deux divisions. La division semi-conducteurs s'adjuge la plus grande part du CA, mais seulement un quart du bénéfice. La division Licences, bien plus réduite en termes de CA, assure trois quarts du bénéfice du groupe. Elle rassemble toutes les propriétés intellectuelles du groupe. Qualcomm détient divers brevets sur des protocoles mobiles pour les appareils sans fil. Les producteurs d'appareils mobiles doivent payer à Qualcomm une indemnité pour l'utilisation de ces brevets. Au 3etrimestre, le CA du groupe a reculé de 14%, à 5,83 milliards USD. La marge opérationnelle au niveau du groupe a plongé à 21,2%, contre 30,5% il y a un an. Sur cet exercice, le CA baissera pour la première fois depuis l'année de crise 2009. La division Semi-conducteurs a dû confesser un repli de son CA de 22% et une marge opérationnelle qui a stagné à 8%. La division Licences s'est mieux comportée, avec une hausse de son CA de 7% et une marge de 86%. Qualcomm se concentre pleinement sur sa diversification. Ainsi la société s'active-t-elle sur le marché des semi-conducteurs pour serveurs, un segment qui jusqu'ici était dominé par Intel. Qualcomm se lance également dans l'internet des objets, qui consiste à connecter entre eux ou à Internet les appareils (ménagers) les plus divers. Par ailleurs, le groupe s'étend également dans l'industrie automobile. Sous la pression des actionnaires activistes, il a proposé de scinder à nouveau le groupe en deux. Son ambition est du reste de réduire les coûts de 1,4 milliard USD d'ici la fin de l'exercice prochain. A la fin du 3etrimestre, Qualcomm avait une trésorerie nette de 24,3 milliards USD. ConclusionQualcomm n'est plus dominant dans le segment mobile et voit sa croissance et ses marges érodées. Le groupe de semi-conducteurs se diversifie vers d'autres segments mais cela ne portera ses fruits qu'à plus long terme. Un cours de Bourse inférieur est la conséquence logique. Nous attendons des fenêtres d'entrée plus favorables.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2B