Depuis quelques semaines, le secteur technologique est sous pression. Pourtant, Qualcomm tient le cap. Une partie de l'explication tient au rachat massif d'actions propres par le groupe. Plus tôt cette année, le budget affecté à ces rachats a été encore accru de 5 milliards USD. Cela dit, ce n'est pas la seule raison. Lors de la récente publication des résultats du 2etrimestre (3 mois jusqu'en mars), les prévisions de bénéfice pour l'ensemble de l'année ont encore été relevées à une fourchette comprise entre 5,05 et 5,25 USD par action. Les projections de chiffre d'affaires (CA) sont restées inchangées, entre 26 et 27,5 milliards USD. Le groupe technologique américain produit des semi-...

Depuis quelques semaines, le secteur technologique est sous pression. Pourtant, Qualcomm tient le cap. Une partie de l'explication tient au rachat massif d'actions propres par le groupe. Plus tôt cette année, le budget affecté à ces rachats a été encore accru de 5 milliards USD. Cela dit, ce n'est pas la seule raison. Lors de la récente publication des résultats du 2etrimestre (3 mois jusqu'en mars), les prévisions de bénéfice pour l'ensemble de l'année ont encore été relevées à une fourchette comprise entre 5,05 et 5,25 USD par action. Les projections de chiffre d'affaires (CA) sont restées inchangées, entre 26 et 27,5 milliards USD. Le groupe technologique américain produit des semi-conducteurs pour des appareils mobiles comme les smartphones et les tablettes. Qualcomm investit par ailleurs également dans une extension de l'offre, notamment les semi-conducteurs pour la domotique et la connectivité dans le secteur du transport. Les propriétés intellectuelles constituent une deuxième source importante de revenus. Le groupe dispose de plusieurs brevets de communication sans fil. Ce qui suppose qu'un producteur, par appareil mobile vendu, doive rétrocéder une partie à Qualcomm pour l'utilisation de ces brevets. Cette commission fluctue généralement entre 1 et 6% du prix de vente. C'est pourquoi l'évolution des prix de vente moyens (ASP) est également très importante pour le groupe. Pour l'instant, ces ASP sont encore relativement stables, même si la tendance est baissière. Le succès grandissant des appareils bon marché ne constitue donc pas une évolution favorable. Au 2etrimestre, le CA s'est accru de 4% sur base annuelle, à 6,37 milliards USD. Le bénéfice a progressé de près de 5%, à 1,96 milliard USD ou 1,14 USD par action. Les prévisions pour le trimestre en cours sont certes légèrement inférieures aux prévisions, tant en termes de bénéfice que de CA. Qualcomm est le seul à disposer des chipsets pour les appareils qui exploitent le LTE ou Long Term Evolution, un protocole 4G qui permet le transfert rapide de données rapides. Le déploiement de LTE en Chine par China Mobile a accusé un peu de retard. En conséquence, le CA des chipsets vendus va également affluer moins rapidement qu'espéré. Les revenus de royalties (portefeuille de brevets) suivent en moyenne avec un mois de retard. Qui plus est, en Chine, Qualcomm est dans la ligne de mire de la National Development and Reform Commission (NDRC), qui a ouvert une enquête sur l'entreprise américaine pour une suspicion de corruption. L'amende pourrait représenter 10% du CA de l'exercice dernier. Dans le cas de Qualcomm, le CA s'élevant à 12,3 milliards USD, l'amende théorique pourrait atteindre 1,2 milliard USD. Evidemment, nous n'y sommes pas encore, car Qualcomm affirme être blanc comme neige. Le groupe est aussi affecté par la concurrence accrue d'Intel et des producteurs d'appareils mobiles qui développent leurs propres chipsets. Le 2e trimestre s'est clôturé sur 32 milliards USD de liquidités et d'investissements.ConclusionMalgré un rapport trimestriel en demi-teinte, la récente correction boursière du secteur technologique a épargné Qualcomm dans la mesure où ses prévisions de long terme sont encore positives et où la valorisation (environ 15 fois le bénéfice attendu de l'exercice en cours) est également plutôt enthousiasmante. A court terme, les incertitudes (Chine, concurrence, amendes) se sont cependant accrues.Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2B