Le groupe canadien spécialisé dans les royalties sur l'or, le pétrole et le gaz, et le streaming de métaux précieux a publié d'excellents trimestriels. Par rapport à la même période l'an dernier, ses ventes ont augmenté de 1,2%, à 134.817 onces d'équivalent or. La hausse peut sembler modeste, mais elle est en réalité stupéfiante, car la base de comparaison est défavorable et en outre, Covid-19 oblige, la production a été interrompue au deuxième trimestre. Les ventes n'avaient pas dépassé 104.330 onces d'équivalent or, au deuxième trimestre (-3,2%). L'augmentation de la contribution des mines Hemlo (Canada) et Candelaria (Chili) a compensé la baisse accusée à Cobre Panama et Sabodala (Sénégal). Par ailleurs, grâce à la forte hausse des cours des métaux précieux (1.911 dollars l'once en moyenne, contre 1.454 dollars l'once l'an passé et...

Le groupe canadien spécialisé dans les royalties sur l'or, le pétrole et le gaz, et le streaming de métaux précieux a publié d'excellents trimestriels. Par rapport à la même période l'an dernier, ses ventes ont augmenté de 1,2%, à 134.817 onces d'équivalent or. La hausse peut sembler modeste, mais elle est en réalité stupéfiante, car la base de comparaison est défavorable et en outre, Covid-19 oblige, la production a été interrompue au deuxième trimestre. Les ventes n'avaient pas dépassé 104.330 onces d'équivalent or, au deuxième trimestre (-3,2%). L'augmentation de la contribution des mines Hemlo (Canada) et Candelaria (Chili) a compensé la baisse accusée à Cobre Panama et Sabodala (Sénégal). Par ailleurs, grâce à la forte hausse des cours des métaux précieux (1.911 dollars l'once en moyenne, contre 1.454 dollars l'once l'an passé et 1.711 dollars l'once au trimestre précédent), le chiffre d'affaires (CA) lié aux métaux précieux a augmenté de 29,7%, à 257 millions de dollars. Les prix du pétrole et du gaz se sont eux aussi redressés, propulsant le CA du pôle énergie de 14,6 millions de dollars au deuxième trimestre à 22,8 millions de dollars au suivant. S'il est néanmoins inférieur à celui de l'an dernier à la même période (37,5 millions de dollars), c'est parce qu'il intégrait l'an passé la contribution unique d'un nouveau projet. Mais, à 279,8 millions de dollars (+18,6%), le CA consolidé n'avait jamais été aussi élevé. Les cash-flows opérationnels récurrents (Rebitda) ont progressé de 22%, à un montant record également, de 235,1 millions de dollars, ou 1,23 dollar par action. Le bénéfice net s'est accru de 51%, pour atteindre lui aussi un nouveau record: 153,9 millions de dollars, ou 0,81 dollar par action (consensus: 0,58 dollar). Compte tenu de ces excellents résultats, la direction s'attend désormais à ce que la production annuelle de Franco-Nevada se situe dans le haut de la nouvelle fourchette de 475.000 à 505.000 onces d'équivalent or qu'elle a annoncée pour 2020. Plut tôt (avant la crise sanitaire), elle escomptait 550.000 à 580.000 onces, après le record de ventes de 516.438 onces atteint en 2019. Elle pronostique que le CA du pôle énergie s'établira lui aussi dans le haut de la fourchette prévisionnelle (60-75 millions de dollars). Aucun contrat d'importance n'a été conclu tout récemment, mais le groupe poursuit sa politique d'investissements ciblés. Début septembre, il a racheté un portefeuille de royalties à Freeport McMoRan (coût: 30,6 millions de dollars). Lequel compte plusieurs petits actifs productifs et, surtout, 1% de royalties sur Fenelon, un projet aurifère au Canada appartenant à Wallbridge dont on ne compte plus les succès d'exploration ces dernières années. Il renfermerait plusieurs millions d'onces de réserves. La première estimation officielle est attendue en 2021. Le 23 septembre, le groupe a acquis 2% de royalties sur les concessions Rio Baker (Chili) de Gold Fields. Rio Baker se situe à côté de la mine d'or Salares Norte - début 2019, Franco-Nevada avait déjà acheté 2% de royalties sur cette dernière mine, censée entrer en phase de production en 2023. Le groupe percevra un premier paiement de cinq millions de dollars. Dans le cadre de son programme d'émissions d'actions à concurrence de 300 millions de dollars, Franco-Nevada a émis 114.900 actions nouvelles au troisième trimestre, ce qui lui a rapporté 21,4 millions de dollars et porte le total à 88,2 millions. La direction a indiqué ne pas prévoir de nouvelles émissions pour l'instant. Au 30 septembre, le groupe, qui n'est pas endetté, disposait, trésorerie (466,8 millions de dollars) et ligne de crédit confondues, de pas moins de 1,8 million de dollars. L'action Franco-Nevada s'est récemment repliée dans le sillage de l'or. Il n'empêche qu'elle a gagné plus de 20%, depuis le début de l'année! Elle est donc performante quelle que soit la conjoncture. C'est une valeur sûre du portefeuille modèle (rating 1B). Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 131,09 dollarsTicker: FNV USCode ISIN: CA3518581051Marché: NYSECapit. boursière: 24,83 milliards USDC/B 2019: 65C/B attendu 2020: 53Perf. cours sur 12 mois: +33%Perf. cours depuis le 01/01: +26%Rendement du dividende: 0,8%