L'information la plus notable du rapport annuel de PureCircle, le leader de marché de la production et de la commercialisation d'édulcorants naturels pauvres en calories à base de feuilles de stévia, est sans nul doute l'annonce que l'entreprise avait demandé une cotation sur le marché principal (main market) du London Stock Exchange (LSE). PureCircle est cotée depuis 2007 sur l'AIM, ou Alternative Investment Market, un sous-marché du LSE réservé aux plus petites entreprises. Le transfert, qui s'effectuera au plus tôt le 25 octobre, ne s'accompagnera pas d'une augmentation de capital. Il intervient parce que la direction est plus convaincue que jamais du potentiel de croissance du marché de la stévia à long terme. Un premier facteur structurel en ...

L'information la plus notable du rapport annuel de PureCircle, le leader de marché de la production et de la commercialisation d'édulcorants naturels pauvres en calories à base de feuilles de stévia, est sans nul doute l'annonce que l'entreprise avait demandé une cotation sur le marché principal (main market) du London Stock Exchange (LSE). PureCircle est cotée depuis 2007 sur l'AIM, ou Alternative Investment Market, un sous-marché du LSE réservé aux plus petites entreprises. Le transfert, qui s'effectuera au plus tôt le 25 octobre, ne s'accompagnera pas d'une augmentation de capital. Il intervient parce que la direction est plus convaincue que jamais du potentiel de croissance du marché de la stévia à long terme. Un premier facteur structurel en ce sens est l'épidémie mondiale d'obésité, avec une augmentation de 400 à 600 millions d'individus ces 10 dernières années, qui devrait du reste se poursuivre. Le nombre des diabétiques progressera également de 50% d'ici 2035 pour atteindre 600 millions de malades. Ces évolutions s'accompagnent d'une tendance croissante à une alimentation plus saine et plus pauvre en calories. Une tendance qui devrait permettre à la stévia de gagner des parts de marché non seulement par rapport au sucre, un marché de 60 milliards USD, mais aussi par rapport aux édulcorants artificiels souvent qualifiés de mauvais pour la santé, comme l'aspartame (3 milliards USD). Une troisième tendance claire est l'augmentation de la pression réglementaire sur les produits sucrés. Un bon exemple en est la taxe sur les sodas instaurée au Mexique. Le marché de la stévia a grossi de 75% par an ces cinq dernières années et était estimé à 200 millions USD en 2014. A terme, il devrait passer la barre du milliard. PureCircle est leader mondial absolu de ce secteur en plein essor, avec une part de marché de plus de 80% dans les édulcorants à base de stévia les plus purs (plus de 95%). Et l'entreprise accroît encore son avance grâce à des innovations technologiques impressionnantes, qui non seulement répondent mieux aux besoins des consommateurs, mais créent également de nouveaux débouchés. PureCircle commercialise ainsi ses deux développements les plus récents depuis juillet : le Sigma-D (pour les produits laitiers) et le Sigma-T (pour les produits à base de thé). L'entreprise dispose désormais d'un assortiment commercial de douze édulcorants et de cinq exhausteurs de goût, et de nombreuses nouveautés sont en préparation. Au cours des cinq prochaines années, elle vise une croissance annuelle du chiffre d'affaires (CA) de 30%. L'extension de la capacité de production en Malaisie sera terminée d'ici 2017 et permettra au groupe de réaliser un CA annuel compris entre 400 et 500 millions USD. La direction travaille toujours à la diversification de l'approvisionnement en feuilles de stévia. Pour l'instant, celles-ci proviennent encore, à plus de 90%, de Chine, mais d'ici 2019, elles devront provenir à 50% d'Afrique et d'Amérique latine. Au cours de l'exercice 2015 écoulé (date de clôture : le 30 juin), l'augmentation des coûts d'approvisionnement a pesé sur les marges bénéficiaires en raison d'un déficit temporaire de feuilles de stévia lié à une demande supérieure aux estimations. Sur base annuelle, le bénéfice brut a échoué à 40 millions USD (+9%) et la marge bénéficiaire brute est retombée à 31,4%, alors qu'elle s'établissait à 36,3% l'an dernier et 33,5% après six mois. Conclusion Bien que la valorisation reste élevée avec un rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (EBITDA) attendus en 2016 de 26 et un rapport cours/bénéfice de 48, nous considérons l'action digne d'achat en raison de la position de l'entreprise sur un marché de la stévia en plein essor. Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B