Cela fait un certain temps déjà, mais le marché s'est montré déçu par le rapport de résultats de PureCircle. Le leader de marché dans la production et la commercialisation d'édulcorants naturels à faible teneur en calories issus de feuilles de stévia a réalisé au 1er semestre de l'exercice 2015 (date de clôture : 30 juin) 43,2 millions USD de chiffre d'affaires (CA;+24%), soit précisément dans la fourchette prévue de 40 à 45 millions USD. Une première déception résidait dans le fait que le bénéfice a cette fois progressé moins largement que le CA : +17,8%, à 14,5 millions USD. La marge de bénéfice brut s'est érodée de 35,2% à 33,5%. L'entreprise pointe du doigt la hausse du coû...

Cela fait un certain temps déjà, mais le marché s'est montré déçu par le rapport de résultats de PureCircle. Le leader de marché dans la production et la commercialisation d'édulcorants naturels à faible teneur en calories issus de feuilles de stévia a réalisé au 1er semestre de l'exercice 2015 (date de clôture : 30 juin) 43,2 millions USD de chiffre d'affaires (CA;+24%), soit précisément dans la fourchette prévue de 40 à 45 millions USD. Une première déception résidait dans le fait que le bénéfice a cette fois progressé moins largement que le CA : +17,8%, à 14,5 millions USD. La marge de bénéfice brut s'est érodée de 35,2% à 33,5%. L'entreprise pointe du doigt la hausse du coût d'achat des feuilles de stévia (75% du coût de production variable). Actuellement, PureCircle constitue ses réserves essentiellement des plantations chinoises mais oeuvre pleinement sur la diversification vers l'Afrique et l'Amérique latine. Le cash-flow opérationnel (EBITDA) s'est accru de 22,4%, à 6,4 millions USD, et la perte nette a reculé de 1,9 million USD l'an dernier, à 0,9 million USD. La deuxième déception tient à l'absence, contrairement à l'habitude du groupe, d'une fourchette de CA annoncée pour le semestre prochain. Pour autant, il n'y a aucune raison de s'en faire. En 2014, la stévia est devenue enfin un produit de masse, comme en témoignent les 2274 nouveaux lancements de produits contenant de la stévia (+23% par rapport à 2013). Dans le secteur des boissons particulièrement, tout s'accélère. Tant Coca-Cola (avec Coca-Cola Life) que PepsiCo (avec Pepsi True et Pepsi Next) lancent leurs sodas faibles en calories à base de stévia. Coca-Cola Life a commencé prudemment avec des lancements en Argentine et au Chili en 2013, puis en 2014 ont suivi les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Mexique. Ces six derniers mois, les pays européens - dont la Belgique - se sont ajoutés à la liste, et récemment le Japon. Mais le produit est également de plus en plus souvent ajouté à toute une série de produits alimentaires comme les céréales de petit-déjeuner, le yaourt, le lait chocolaté. PureCircle mise beaucoup sur Sigma-D, le dernier édulcorant pauvre en calories, spécifiquement développé pour les applications dans des produits laitiers. Le marché actuel de la stévia totalise 250 millions USD, mais devrait atteindre au moins le milliard USD dans un délai de 5 ans, et plusieurs milliards de dollars à plus long terme. PureCircle anticipe lui-même une croissance de CA annuelle de 30% au cours des 5 prochaines années et une marge de bénéfice brute de 50%. Le cas échéant, le CA devrait être compris, à l'horizon 2020, entre 450 et 500 millions USD, contre 101 millions USD en 2014 et 135 millions USD projetés en 2015. Pour s'y préparer, PureCircle a libéré un budget d'investissements de 42 millions USD. Le financement est assuré par l'augmentation de capital d'octobre 2014, qui lui a permis de lever 43 millions USD par l'émission de 5 millions de nouveaux titres (3% de dilution) au prix de 550 pence (GBp) par action.ConclusionDepuis le repli de cours, l'action n'est toujours pas bon marché, à un rapport valeur d'entreprise/cash-flow opérationnel attendu (EBITDA) pour 2015 et 2016 de respectivement 35 et 21 et un rapport cours/bénéfice de 68 et 34. Pour autant, nous relevons le conseil en raison de sa position de marché enviable sur un marché en pleine explosion.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B