Le secteur belge de télécommunications est confronté à un déficit de croissance chronique, notamment en raison des initiatives législatives récentes (et en particulier de la baisse des tarifs de roaming). Les hausses des chiffres d'affaires proviennent principalement des augmentations de tarifs, mais il sera sans doute de plus en plus difficile d'en imposer à l'avenir car les télécommunications sont déjà nettement plus chères en Belgique que chez nos voisins. Au 1ersemestre, le chiffre d'affaires (CA) du groupe Proximus a baissé de 3,1% sur une base annuelle, à 2,89milliards EUR. BICS (services de transport de communication) en est le principal responsable (-12,7%), en raison d'une nette baisse du nomb...