Pour la première fois depuis près de cinq ans, l'action Proximus était tombée, cet été, sous la barre des 20 euros. Au sentiment négatif qu'inspirait à l'investisseur le secteur des télécommunications était venu s'ajouter le spectre de l'émergence d'un quatrième opérateur mobile. Mais les secteurs défensifs bénéficient d'un regain d'intérêt en raison de l'agitation actuelle sur les marchés boursiers. Les conditions, extrêmement strictes, d'accès à la mise aux enchères des licences d'opérateur mobile, prévue pour la fin de l'an prochain, ont également fait taire, du moins partiellement, les inquiétudes suscitées par l'intensification annoncée de la concurrence.
...