Proximus est peu convaincant

08/03/19 à 14:10 - Mise à jour à 14:35

Il n'est pas simple, pour un groupe qui a les mains liées, de se réinventer. Proximus y est pourtant contraint. La stagnation de ses chiffres ne convainc pas les marchés. Heureusement, un dividende attrayant est toujours versé.

L'annonce de sa restructuration avait fait couler beaucoup d'encre. Et son action. Mais si les chiffres du quatrième trimestre ont légèrement déçu le marché, les projections annuelles ont, elles, été atteintes, en 2018. Tandis que le chiffre d'affaires (CA) domestique reculait de 0,8%, celui de BICS, qui regroupe les activités internationales du groupe, s'est repris au quatrième trimestre, résultat de l'intégration de TeleSign (+0,5%); le CA consolidé a fléchi d'un demi-pour cent, à un peu moins de 1,47 milliard d'euros, contre 1,475 milliard attendu. Ce sont en particulier le prépayé et la voix fixe qui n'ont pas satisfait les attentes, de même que la division Entreprises. L'Internet (hausse de 2,2% du nombre de clients), la télévision (500.000 nouveau...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Les derniers articles en un clin d'oeil