Proximus figurera du côté des perdantes si la révision à la baisse des tarifs de gros qu'a proposée l'IBPT, l'organe de surveillance du marché des télécommunications belge, est acceptée. La mesure vise à stimuler la concurrence. Elle profiterait aux consommateurs mais nuirait aux entreprises qui, comme Telenet et Proximus, louent une partie de leur réseau - donner accès, contre paiement, à son réseau aux opérateurs qui ne disposent pas du leur est obligatoire. Les deux entreprises ont jusqu'à septembre pour formuler des remarques à la proposition de l'IBPT. La décision définitive sera prise à la fin de cette année, et les éventuels nouveaux tarifs seront applicables dès 2020.
...