La baisse des revenus du roaming et du trafic SMS, à laquelle s'est ajoutée une diminution des dépenses informatiques des entreprises, a pesé à hauteur de 1,9% sur le chiffre d'affaires (CA) au 1er trimestre - le CA s'est établi à 1,37 milliard d'euros, 0,7% au-delà du consensus. Le bénéfice opérationnel (Ebitda) a cédé 3,9%, à 446 millions d'euros (consensus: 439 millions). Le bénéfice net a atteint 122 millions d'euros (consensus: 115 millions), ou 0,38 euro par action. Proximus mise pour l'exercice sur un CA stable, et un Ebitda de 1,75-1,775 milliard d'euros (-4% en glissement annuel).
...

La baisse des revenus du roaming et du trafic SMS, à laquelle s'est ajoutée une diminution des dépenses informatiques des entreprises, a pesé à hauteur de 1,9% sur le chiffre d'affaires (CA) au 1er trimestre - le CA s'est établi à 1,37 milliard d'euros, 0,7% au-delà du consensus. Le bénéfice opérationnel (Ebitda) a cédé 3,9%, à 446 millions d'euros (consensus: 439 millions). Le bénéfice net a atteint 122 millions d'euros (consensus: 115 millions), ou 0,38 euro par action. Proximus mise pour l'exercice sur un CA stable, et un Ebitda de 1,75-1,775 milliard d'euros (-4% en glissement annuel). L'Autorité belge de la concurrence a avalisé la reprise par Proximus, pour 130 millions d'euros, de Mobile Vikings, jusqu'ici propriété de DPG Media et utilisateur du réseau Orange. Spécialisé dans les cartes prépayées et bien connu des amateurs de données mobiles illimitées, il continuera d'exister en tant que tel. Proximus ne va pas pouvoir se mettre sur les rangs pour le rachat de VOO, ce qui lui vaudrait une position vraisemblablement trop dominante en Wallonie. Les actions mises en vente par l'intercommunale Nethys, l'actuelle propriétaire du câblo-opérateur, devraient intéresser Telenet et Orange. Le changement de main s'accompagnera d'une intensification des efforts commerciaux et d'un élargissement de l'offre, ce qui signifiera, pour Proximus, une concurrence accrue dans le sud du pays. Si le cash-flow disponible s'élevait à 143 millions d'euros (consensus: 57 millions) au 31 mars, c'est grâce à la diminution, en glissement trimestriel, des fonds de roulement et des dépenses de restructuration. A 225 millions d'euros, les investissements sont inférieurs aux 299 millions escomptés. Et pourtant, l'endettement net est passé de 2,36 milliards d'euros fin décembre à 2,43 milliards fin mars. En cause: la reprise, pour 217 millions d'euros, de la participation détenue par Swisscom et MTN, les actionnaires minoritaires de Belgacom International Carrier Services; notons toutefois que compte tenu de la disparition de l'obligation de verser des dividendes à ces actionnaires, le coût net est en réalité inférieur. Proximus contrôle désormais intégralement ce fournisseur de services de gros aux opérateurs filaires et sans fil du monde entier. L'endettement net s'élève à 1,38 fois l'Ebitda escompté, contre 1,28 fois au 31 décembre. La direction s'attend à le voir passer à 1,6 sur l'exercice, car la charge du dividende sera supérieure au cash-flow disponible et les investissements augmenteront eux aussi. Le dividende payable en 2021 et 2022 est fixé à 1,2 euro par action. Il coûtera à Proximus plus de 500 millions d'euros au total, alors que le cash-flow disponible ne devrait pas dépasser 330 millions d'euros en 2021 et que le groupe prévoit d'investir davantage (1,2 milliard, contre 1 milliard en 2020) dans l'infrastructure de fibre optique, l'informatique et le cloud Le ratio d'endettement de Proximus reste inférieur à celui de la plupart des acteurs du secteur; ses dettes ont une durée de 4,7 ans et font l'objet d'un taux d'intérêt de 1,76% en moyenne.De tous les opérateurs belges, c'est Proximus qui a signé le plus mauvais résultat en Bourse en 2020. Cette année étant une année de transition sur le plan opérationnel, le groupe ne renouera avec la croissance qu'en 2022 au plus tôt. Malgré l'accélération des investissements, le taux d'endettement est inférieur à celui de la plupart des acteurs du secteur des télécoms. C'est également le cas de la valorisation, de 4,9 fois l'Ebitda. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 17,08 eurosMarché: Euronext BruxellesTicker: PROX BBCode ISIN: BE0003810273Capit. boursière: 5,8 milliards EUR C/B 2020: 10C/B attendu 2021: 11Perf. cours sur 12 mois: -18%Perf. cours depuis le 01/01: +5%Rendement du dividende: 7%