La légère amélioration qui a fait suite au déplorable 1er semestre n'a pas satisfait les marchés. L'année avait mal commencé, et la situation, sur le plan opérationnel, ne devrait pas s'améliorer avant 2020.
...

La légère amélioration qui a fait suite au déplorable 1er semestre n'a pas satisfait les marchés. L'année avait mal commencé, et la situation, sur le plan opérationnel, ne devrait pas s'améliorer avant 2020.IAMGOLD a produit 187.000 onces troy d'or au 3e trimestre. Compte tenu des pronostics pour l'exercice (qui avaient été revus, de 810.000-870.000 à 765.000-810.000 onces, au sortir du 2e trimestre), il va devoir extraire entre 195.000 et 240.000 onces au 4e trimestre. Comme les frais fixes sont répartis sur une production moindre, les coûts de production sont désormais estimés à 1.090-1.130 dollars l'once (1.030-1.080 encore en début d'année). Ils étaient de 1.118 dollars au 3e trimestre et de 1.132 dollars trois mois plus tôt. Si le cours de l'or ne s'était pas envolé au 3e trimestre, le groupe aurait sans doute plongé dans le rouge; le prix moyen perçu s'est élevé à 1.474 dollars, contre 1.306 au 1er semestre. Le bénéfice brut s'est établi à 22,8 millions de dollars et le cash-flow opérationnel, à 65,4 millions de dollars, alors qu'il n'avait pas dépassé 42,8 millions au 2e trimestre. A Rosebel (Surinam), le 3e trimestre a été marqué par des tensions sociales; l'installation de traitement a continué de tourner, mais en étant alimentée par des minerais de qualité inférieure, d'où la stagnation de la production à 55.000 onces, pour un coût de 1.138 dollars. La direction assure que la production a renoué avec des niveaux normaux, mais le climat reste tendu. Saramacca (Guyane), où la production a démarré fin octobre, atteindra son rythme de croisière l'an prochain. A Westwood (Canada), l'élaboration d'un nouveau plan minier s'impose depuis qu'une activité sismique a été constatée, début 2019; il est annoncé pour le mois prochain. L'on sait déjà que pour permettre à la mine de générer des cash-flows positifs, les investissements vont devoir être revus à la baisse. Westwood a livré au 3e trimestre 23.000 onces troy d'or, à 1.033 dollars; sa production devrait grimper à 38.000 onces au 4e trimestre. Avec une production de 96.000 onces et un coût de production inférieur à la moyenne du groupe, Essakane (Burkina Faso) a sauvé les meubles. Un projet d'expansion est sur la table, mais les tensions politiques dans le pays se sont encore aggravées (terrorisme islamiste aux frontières et attaque mortelle d'un convoi de la société minière Semafo, entre autres). Le reste de la production vient de Sadiola, au Ghana, qui sera fermée l'an prochain. Aux 677,2 millions de dollars de liquidités dont dispose IAMGOLD s'ajoute une ligne de crédit de 500 millions. La dette s'établit à 405 millions de dollars. Pour Côté Gold, en Ontario, toutes les options restent ouvertes, sauf, faute de moyens, celle d'une construction autonome. Pendant ses 16 ans de vie, la mine devrait fournir 367.000 onces troy par an en moyenne. A Boto, au Sénégal, la direction attend les autorisations avant de prendre une décision.Les problèmes opérationnels sont propres au secteur et dans les régions instables, les troubles ne sont jamais loin. Espérer des performances devient alors utopique, même lorsque le cours de l'or est élevé. Les actionnaires attendent avec impatience que la stabilité revienne à Rosebel et que Saramacca démarre réellement. A 0,4 fois sa valeur comptable, IAMGOLD demeure dans l'intervalle très bon marché. On ne parle plus de reprise, mais la probabilité qu'un ou plusieurs projets prometteurs (Côté Gold, Boto) soient cédés demeure réelle. Nous exploitons la faible valorisation pour renforcer notre position. Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 3,35 dollarsTicker: IAG USCode ISIN: CA4509131088Marché: NYSECapit. boursière: 1,6 milliard USDC/B 2019: -C/B attendu 2020: -Perf. cours sur 12 mois: +11%Perf. cours depuis le 01/01: -9%Rendement du dividende: -