Comme ses concurrents, le groupe Anglo-Eastern Plantations ("AEP") a vu sa production d'huile de palme se redresser au premier semestre, après le repli de l'an dernier dû aux caprices de la météo. Sa production propre de fruits de palmier a progressé de 15%, de 378.400 à 436.900 tonnes (+20% au premier trimestre). Traditionnellement, AEP rachète des fruits aux agriculteurs locaux afin de compléter sa production propre et maintenir actives ses propres usines de traitement. Ces rachats ont progressé au premier semestre de 84%, à 486.300 tonnes, ce qui a permis aux six entités de transformation du groupe de traiter un total de 912.200 tonnes de fruits (+45%). La production d'huile de palme s'est accrue dans une mesure légèrement moindre, en l'occurrenc...

Comme ses concurrents, le groupe Anglo-Eastern Plantations ("AEP") a vu sa production d'huile de palme se redresser au premier semestre, après le repli de l'an dernier dû aux caprices de la météo. Sa production propre de fruits de palmier a progressé de 15%, de 378.400 à 436.900 tonnes (+20% au premier trimestre). Traditionnellement, AEP rachète des fruits aux agriculteurs locaux afin de compléter sa production propre et maintenir actives ses propres usines de traitement. Ces rachats ont progressé au premier semestre de 84%, à 486.300 tonnes, ce qui a permis aux six entités de transformation du groupe de traiter un total de 912.200 tonnes de fruits (+45%). La production d'huile de palme s'est accrue dans une mesure légèrement moindre, en l'occurrence de 39,7%, à 187.400 tonnes, en conséquence d'une baisse du pourcentage d'extraction des fruits de 21,2 à 20,5%. À 740 dollars la tonne, le prix moyen de l'huile de palme était de 10,8% supérieur à celui de l'an dernier au premier semestre (668 dollars). La combinaison d'un accroissement de la production et de prix plus élevés a catapulté le chiffre d'affaires (CA) du groupe 71% plus haut, de 86 à 146,9 millions de dollars. Le bénéfice brut récurrent hors revalorisation des actifs biologiques a évolué plus favorablement encore, avec une augmentation de 130%, à 35 millions de dollars, ce qui correspond à une hausse de la marge de bénéfice brut récurrent de 17,7 à 23,9%. Le bénéfice opérationnel récurrent (REBIT) s'est hissé de 10,2 à 30,2 millions de dollars, et le bénéfice net récurrent, de 8,5 à 23,4 millions. En considérant la revalorisation des actifs biologiques (-0,1 million de dollars, contre +2,5 millions l'an dernier), on note une augmentation de 11 millions de dollars, à 23,3 millions, ou par action de 20,29 à 45,97 centimes de dollar (+127%). La position de trésorerie nette, déjà confortable, a encore gonflé de 57,4 millions de dollars fin juin 2016 à 91,8 millions. La zone cultivée a progressé au premier semestre de 781 hectares, à 67.592 hectares. En juin, AEP a démarré un programme de replantation de 1700 hectares à Nord-Sumatra (en Indonésie). Le groupe dispose encore d'une zone non cultivée de 61.200 hectares, dont quelque 45.000 hectares sont cultivables. Après deux années fabuleuses où AEP a considérablement étendu ses activités (+7580 hectares en 2010 et +4800 hectares en 2011), le rythme de croissance annuel moyen a reculé ces dernières années à quelque 2000 hectares. Fin 2016, 82% des palmiers du groupe étaient matures et n'avaient en moyenne que 11 ans. La croissance de la production est dès lors assurée pour la décennie à venir. Pour financer sans dette les extensions futures - coût moyen de 10.000 dollars par hectare -, AEP économise sur le dividende. Cette année, le groupe a cependant augmenté à nouveau le dividende brut à 3 pence par action, après le repli inattendu à 1,75 pence par action en 2016. Après une interruption d'une année, AEP a réintégré le FTSE Small Cap et le FTSE All Share le 1er juin. L'action consolide après une période de forte hausse. Les récentes transactions d'achat à un prix situé entre 10.000 et 15.000 dollars l'hectare confirment la sous-valorisation d'Anglo-Eastern Group de 75 à 150% par rapport à ses pairs. Même en tenant compte de la légère baisse de la productivité, cette sous-valorisation reste élevée. Nous confirmons le conseil d'achat sur la base des perspectives positives pour l'huile de palme, de la valorisation intéressante d'AEP et de l'hyper- concentration dans le secteur agricole. Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1BDevise : livreMarché : LondresCapit. boursière : 321,6 millions GBPC/B 2016 : 11C/B attendu 2017 : 7Perf. cours sur 12 mois : +68 %Perf. cours depuis le 01/01 : +20 %Rendement du dividende : 0,4 %