Le géant américain des engrais achève le trimestre sur des résultats supérieurs aux prévisions: le bénéfice net récurrent (hors éléments exceptionnels) est passé de 0,43 à 0,75 dollar par action en un an, alors que les analystes misaient sur 0,64 dollar. Après neuf mois, ce même bénéfice a grimpé de 78%, à 1,35 dollar. Dans la division Phosphates, les volumes ont atteint 2,2 millions de tonnes, contre 2,1-2,4 millions escomptées et 2,1 millions enregistrées l'an dernier. Porté notamment par la hausse des prix de vente, le chiffre d'affaires s'établit à 1 milliard de dollars (+28%). Une plus stricte maîtrise des coûts a contribué à l'augmentation, de 67 à 180 millions de dollars, de la marge brute. La marge brute récurrente par tonne est passée de 32 à 80 doll...

Le géant américain des engrais achève le trimestre sur des résultats supérieurs aux prévisions: le bénéfice net récurrent (hors éléments exceptionnels) est passé de 0,43 à 0,75 dollar par action en un an, alors que les analystes misaient sur 0,64 dollar. Après neuf mois, ce même bénéfice a grimpé de 78%, à 1,35 dollar. Dans la division Phosphates, les volumes ont atteint 2,2 millions de tonnes, contre 2,1-2,4 millions escomptées et 2,1 millions enregistrées l'an dernier. Porté notamment par la hausse des prix de vente, le chiffre d'affaires s'établit à 1 milliard de dollars (+28%). Une plus stricte maîtrise des coûts a contribué à l'augmentation, de 67 à 180 millions de dollars, de la marge brute. La marge brute récurrente par tonne est passée de 32 à 80 dollars en un an (70 au 2e trimestre et 75-85 escomptés pour le 3e). La fermeture temporaire d'une usine de phosphates en Floride, fin 2017, a soutenu les prix et porté le taux d'occupation des autres sites à 87% au 3e trimestre, le plus haut niveau depuis 2013. Si les volumes vendus par la division Potasse sont restés stables par rapport au 2e trimestre, à 2,4 millions de tonnes (2,2-2,5 millions prévues, 2,2 millions l'an dernier), le prix de la potasse a continué d'augmenter, faisant s'envoler le chiffre d'affaires de 28,5%, à 609 millions de dollars. La marge brute récurrente est passée de 99 à 161 millions de dollars en un an (+62,6%), tandis que la marge brute par tonne se hissait de 49 à 66 dollars (58 au 2e trimestre). Mosaic Fertilizantes, qui groupe les anciennes activités de distribution en Amérique Latine et Vale Fertilizantes, rachetée début 2018, a vu son chiffre d'affaires bondir de 73,7%, à 1,4 milliard de dollars, grâce notamment à Vale. Après un 2e trimestre affecté par les grèves dans le secteur des transports brésilien, les volumes vendus ont doublé, à 3,6 millions de tonnes (pronostic: 3,2 à 3,6 millions). La marge brute s'est appréciée, passant de 52 à 152 millions de dollars en un an (de 24 à 42 dollars par tonne; 35-45 dollars escomptés et 29 dollars au 2e trimestre). Mosaic a revu à la hausse, de 100 millions de dollars au moins (140-160), le surcroît de cash-flow opérationnel escompté (Ebitda) issu de l'intégration de Vale pour 2018. Si l'avantage total espéré reste inchangé (275 millions de dollars au moins), il sera obtenu plus rapidement que prévu (en 2020). Ses résultats vont permettre au groupe d'alléger sa dette de long terme à hauteur de 700 millions de dollars avec deux ans d'avance. Sur la base d'une dette nette de 4,2 milliards fin septembre, le taux d'endettement a baissé à 2,2 fois l'Ebitda escompté pour 2018. Le rapport semestriel avait modifié, de 1,2-1,6 (initialement, 1-1,5) à 1,45-1,8 dollar par action, le bénéfice récurrent pour 2018: ce chiffre est désormais porté à 1,8-2 dollars. Mosaic est optimiste pour 2019. L'amélioration de l'offre et de la demande de potasse et de phosphates, que soutient la baisse persistante des exportations chinoises d'engrais phosphatés, devrait se confirmer. La structure de coûts est maîtrisée.Le titre a atteint son plus haut niveau depuis 2015. Compte tenu du levier exercé sur le bénéfice par les prix, en hausse, des matières premières, la valorisation, à 19,6 fois le bénéfice et une valeur d'entreprise (EV) de 9,4 fois le cash-flow opérationnel escomptés pour 2018, demeure acceptable. Après cette envolée, nous ramenons notre conseil à "conserver". Si le cours devait continuer à grimper, il n'est pas exclu que nous revendions tous nos titres, dans le portefeuille modèle. Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 36,6 dollarsTicker: MOS USCode ISIN: US61945C1036Marché: New YorkCapit. boursière: 14,1 milliards USDC/B 2017: 33,6C/B attendu 2018: 19,6Perf. cours sur 12 mois: +62%Perf. cours depuis le 01/01: +37%Rendement du dividende: 0,3%