L'exploitant belge de panneaux et parcs photovoltaïques actif principalement en Allemagne achève le premier semestre en force. La capacité installée a augmenté de 27 mégawatts (MW), à 145 MW. Entre le début de 2015 et la fin de 2017, le portefeuille est passé de 71 à 118 MW, soit une croissance annuelle de 15 MW en moyenne. Depuis la finalisation, l'an dernier, du processus d'optimisation du parc de panneaux existant, la direction peut accorder davantage d'attention à la croissance, la nette accélération résultât-elle surtout de l'annonce, fin février, de l'acquisition du promoteur allemand Amatec et de l'émission fructueuse de trois emprunts Schuldschein, d'une valeur de 25 millions d'euros (taux moyen inférieur à 2,8%).
...

L'exploitant belge de panneaux et parcs photovoltaïques actif principalement en Allemagne achève le premier semestre en force. La capacité installée a augmenté de 27 mégawatts (MW), à 145 MW. Entre le début de 2015 et la fin de 2017, le portefeuille est passé de 71 à 118 MW, soit une croissance annuelle de 15 MW en moyenne. Depuis la finalisation, l'an dernier, du processus d'optimisation du parc de panneaux existant, la direction peut accorder davantage d'attention à la croissance, la nette accélération résultât-elle surtout de l'annonce, fin février, de l'acquisition du promoteur allemand Amatec et de l'émission fructueuse de trois emprunts Schuldschein, d'une valeur de 25 millions d'euros (taux moyen inférieur à 2,8%). Amatec dispose d'un portefeuille de 55 MW, dont 15 à un stade de développement avancé, un parc de 0,75 MW, trois hectares de terrains dédiés aux panneaux photovoltaïques et une option d'achat sur trois parcs de 4 MW au total (l'option a dans l'intervalle été exercée, pour un projet de 2,3 MW). L'importance de sa trésorerie permet à 7C d'être très rapide sur la balle. Ainsi a-t-il acheté, en avril, au promoteur immobilier SunXun, un portefeuille de neuf installations sur toiture d'une capacité totale de 9 MW, pour un flux de trésorerie opérationnel escompté (Ebitda) d'au moins 1 million d'euros par an. L'excellent premier semestre s'est achevé sur l'acquisition, le 15 juin, d'un parc de 6,2 MW à Tangerhütte et d'un autre, de 1,8 MW, à Brandholz. L'ambition initiale, qui consistait à atteindre 150 MW sous l'effet combiné de projets propres et d'acquisitions en 2018 et en 2019, devrait être réalisée dès la fin de cette année. La première partie du plan stratégique 2017-2019 est pour ainsi dire achevée. En 2017, l'Ebitda récurrent (hors éléments exceptionnels) s'est élevé à 28,2 millions d'euros. Compte tenu de la croissance accélérée, l'Ebitda sera de 29,6 millions d'euros au moins en 2018 et de 32 millions d'euros l'an prochain. Le cash-flow net se stabilisera cette année autour de 0,49 euro par action, avant d'atteindre, en 2019, 0,55 euro par action. Le deuxième volet du plan stratégique prévoit un passage à 200 MW d'ici à la fin de 2019, grâce à l'intervention d'un co-investisseur. Mais la direction entrevoit également de nombreuses possibilités de croissance interne; elle a en effet procédé, le 19 juin, à une augmentation de capital de 11,9 millions d'euros, pour laquelle elle a émis 4,68 millions d'actions (10% de plus), à 2,55 euros par action. 7C dispose donc de suffisamment de capitaux pour croître de 15 à 30 MW, selon le rapport choisi entre constructions neuves et achat, plus coûteux, de projets existants. Le groupe est en tout état de cause bien parti pour atteindre les 200 MW. L'Ebitda a certes cédé au premier trimestre 0,4 million d'euros, à 4,3 millions, essentiellement en raison de la baisse de 8% de l'ensoleillement; mais le deuxième trimestre fut bien plus lumineux.La rapidité de son évolution et la distribution du premier dividende de 0,1 euro par action ont permis à 7C Solarparken de s'extraire de la fourchette de négociation de 2,3 à 2,5 euros dans laquelle il était enfermé depuis 18 mois. Soutenu par l'augmentation de capital, le groupe s'approche résolument des 200 MW de capacité. Cette nette progression va graduellement porter sa valorisation à 6 fois le cash-flow net par action, contre 5,3 fois actuellement. Notre objectif de cours, pour l'heure inchangé, de 3 euros, repose sur un rapport de 5,5 fois le cash-flow net escompté de 0,55 euro par action en 2019. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 2,64 eurosTicker : HRPK GYCode ISIN : DE000A11QW68Marché : FrancfortCapit. boursière : 120 millions EURC/B 2017 : 20C/B attendu 2018 : 18Perf. cours sur 12 mois : +10 %Perf. cours depuis le 01/01 : +9 %Rendement du dividende : 3,8 %