Rio Tinto est le deuxième groupe minier au monde. Le minerai de fer représente plus de la moitié de son bénéfice opérationnel. Mais l'aluminium et la bauxite (au total 30%) ainsi que le cuivre (10%) y occupent une place importante. Rio est par ailleurs actif dans le diamant, l'uranium, le charbon et plusieurs autres métaux et minéraux. Lors de la publication des chiffres de production du troisième trimestre, les prévisions annuelles pour le minerai de fer et le cuivre ont été revues à la baisse. À l'exception du charbon pour les centrales énergétiques (thermal coal), la production de chaque matière première était supérieure à celle du même trimestre l'an dernier. La production totale de minerai de fer de la région australienne de Pilbara s'élève, après trois trimestres, à 243,9millions de...

Rio Tinto est le deuxième groupe minier au monde. Le minerai de fer représente plus de la moitié de son bénéfice opérationnel. Mais l'aluminium et la bauxite (au total 30%) ainsi que le cuivre (10%) y occupent une place importante. Rio est par ailleurs actif dans le diamant, l'uranium, le charbon et plusieurs autres métaux et minéraux. Lors de la publication des chiffres de production du troisième trimestre, les prévisions annuelles pour le minerai de fer et le cuivre ont été revues à la baisse. À l'exception du charbon pour les centrales énergétiques (thermal coal), la production de chaque matière première était supérieure à celle du même trimestre l'an dernier. La production totale de minerai de fer de la région australienne de Pilbara s'élève, après trois trimestres, à 243,9millions de tonnes. C'est 7% de plus qu'à la même période un an plus tôt. Initialement, les prévisions annuelles totalisaient 330millions de tonnes et Rio Tinto était d'ailleurs bien parti pour atteindre cet objectif car le quatrième trimestre est traditionnellement le plus rentable. Mais du fait de retards dans l'entretien des voies ferrées et du port, la production pourrait désormais être jusque 5millions de tonnes inférieure. La nouvelle prévision est comprise entre 325 et 330millions de tonnes. Les prévisions de production pour 2017 restent inchangées à entre 330 et 340millions de tonnes. Le minerai de fer a renchéri considérablement cette année, contre toute attente. Son prix s'est hissé d'un plancher de moins de 40USD la tonne en décembre à plus de 70USD la tonne en janvier, pour se replier ensuite. Il a continué de fluctuer pendant la période estivale entre 50 et 60USD la tonne. C'est compte tenu de la surcapacité persistante et des réserves abondantes que cette hausse était inattendue. Mais la Chine a produit et consommé énormément d'acier cette année, du fait du regain d'activité du secteur de la construction. Le minerai de fer est la matière première principale de l'acier. Par rapport à la durée du redressement du prix du minerai de fer, il n'y a pas de consensus. Nous sommes parmi les observateurs prudents. Les loyers à Shanghai et à Pékin ont augmenté de plus d'un quart en août et septembre. Cette hausse des prix portée par les dettes n'est pas durable. Côté offre, aux prix actuels, il n'y a pas de facteur encourageant une limitation de la production. Vale, Rio Tinto et BHP Billiton, les trois plus grands producteurs de minerais de fer, produiront conjointement 50millions de tonnes de plus au premier semestre de l'an prochain qu'un an plus tôt. D'ici la fin de la décennie, le complément d'offre dépassera les 200millions de tonnes. Les prévisions de production de cuivre ont été abaissées. La production d'Escondida (Chili) sera inférieure du fait de l'exploration de couches de minerai moins riches, alors que Rio Tinto est confronté, au niveau de la mine Grasberg (Indonésie), à des problèmes de natures opérationnelle et sociale. Le bénéfice sous-jacent de Rio Tinto a reculé au premier semestre de près de moitié à 1,56milliard USD, le chiffre le plus faible depuis 2004. Le groupe souhaite réduire l'an prochain les frais opérationnels de 2milliards USD. Pour accroître les cash-flows libres, il sabre également dans les dépenses de capitaux. Le dividende sera réduit, lui aussi. À partir de l'an prochain, il sera couplé au bénéfice opérationnel. Après le premier semestre, la position d'endettement nette s'élevait encore à 12,9milliards USD. ConclusionRio Tinto a déjà enchéri de près de 80% depuis le sommet de janvier, dans le sillage de la hausse du prix du minerai de fer. À partir du niveau de prix actuel, le potentiel d'appréciation du minerai de fer est limité. C'est aussi vrai pour Rio Tinto, qui présente actuellement une valorisation correcte. Les investisseurs en dividendes doivent aussi tenir compte du fait que le rendement baissera nettement à partir de 2017. Nous abaissons le conseil.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2B