Le groupe canadien spécialiste des engrais a présenté des résultats moins bons que prévu au terme du 4e trimestre. Tant son chiffre d'affaires (CA) que son bénéfice net ont déçu, conséquence de la baisse persistante des prix des engrais. Le CA a reculé de 29% par rapport au 4e trimestre de 2014, à 1,35 milliard USD, à comparer à un consensus des analystes de 1,39 milliard USD. Le bénéfice net a reculé, de 407 millions USD à 201 millions USD, ou de 0,49 USD à 0,24 USD par action (consensus de 0,30 USD par action). Le bénéfice net par action a atterri, sur base annuelle, à 1,52 USD, soit 17% de moins qu'en 2014 (1,83 USD). La fourchette initiale de bénéfice pour 2015 s'élevait encore à 1,9 ...

Le groupe canadien spécialiste des engrais a présenté des résultats moins bons que prévu au terme du 4e trimestre. Tant son chiffre d'affaires (CA) que son bénéfice net ont déçu, conséquence de la baisse persistante des prix des engrais. Le CA a reculé de 29% par rapport au 4e trimestre de 2014, à 1,35 milliard USD, à comparer à un consensus des analystes de 1,39 milliard USD. Le bénéfice net a reculé, de 407 millions USD à 201 millions USD, ou de 0,49 USD à 0,24 USD par action (consensus de 0,30 USD par action). Le bénéfice net par action a atterri, sur base annuelle, à 1,52 USD, soit 17% de moins qu'en 2014 (1,83 USD). La fourchette initiale de bénéfice pour 2015 s'élevait encore à 1,9 à 2,2 USD par action. La division Engrais azotés a une nouvelle fois connu une évolution médiocre. Les volumes vendus sont restés inchangés à 1,6 million de tonnes mais le prix de vente réalisé par tonne a baissé de 405 USD à 288 USD. Le CA a reculé de 26,4%, à 459 millions USD, et le bénéfice brut de 39%, à 142 millions USD. Sur base annuelle, le CA a faibli de 19,2% à 1,96 milliard USD et le bénéfice brut s'est tassé de 30% à 706 millions USD. La marge de bénéfice brute s'est érodée de 41,7% à 36%. La division Phosphates s'est mieux comportée. Le CA s'est inscrit en baisse de 11,6% à 441 millions USD, et le bénéfice brut de 9% à 61 millions USD. Sur base annuelle, le repli du CA se limite à 4,6% à 1,78 milliard USD, le bénéfice brut a progressé de 19,3% à 241 millions USD et la marge de bénéfice brute s'est hissée de 10,8% à 13,6%. La plus grande déception du rapport trimestriel vient du pôle Potasse : le CA y a reculé de 41,5% à 418 millions USD, conséquence de la faible demande (volumes -31%) et d'une baisse de 17,2% du prix de vente par tonne (de 284 USD à 238 USD). Sur base annuelle, les dégâts sont limités : CA de -8,2%, à 2,33 milliards USD, sur la base de 6% de volumes de moins et d'un repli du prix de vente moyen par tonne de 2,3% à 263 USD. Le bénéfice brut a reflué de 58,9% à 183 millions USD (40,3% de marge), et en rythme annuel, de 8,8% à 1,32 milliard USD (marge de 50,7% à 52%). Potash Corp a avancé pour 2016 une fourchette de bénéfice prudente, de 0,9 USD à 1,2 USD par action (0,1 à 0,2 USD par action au 1er trimestre). La demande mondiale de potasse demeure très solide, avec 59 à 62 millions de tonnes attendues, contre 60 millions de tonnes en 2015, soit le deuxième chiffre le plus important de l'histoire, après 63 millions de tonnes en 2014. Les Canadiens ont décidé de jouer le tout pour le tout en arrêtant la production à Picadilly (économie annuelle nette de 20 à 35 millions USD et 185 millions USD d'investissements en moins jusqu'en 2018) et en réduisant le dividende royal de 0,38 USD à 0,25 USD par action (ce qui représente encore un rendement brut de 6,3%). Les investissements ont baissé, comme prévu, de 1,2 milliard USD, à entre 0,8 et 0,9 milliard USD. ConclusionL'action a réagi positivement aux chiffres faibles. Les prix des engrais se trouvent à des niveaux au plancher après trois années successives de récoltes atteignant des records. Le scénario favorable à long terme demeure cependant réaliste. L'action affiche le niveau de valorisation le plus faible depuis 2009 (14 fois le bénéfice escompté 2016, ce qui correspond probablement au plancher de bénéfice de ce cycle). C'est moins que la moyenne de plusieurs années. Nous renforçons la position dans notre portefeuille.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B