Les chiffres du quatrième trimestre de 2020 sont tellement bons que PostNL s'est résolu à les publier plus tôt que prévu. L'acteur logistique, dont le siège est situé à La Haye, estime avoir achevé l'exercice sur un bénéfice opérationnel normalisé de 240 millions d'euros; c'est cinq fois plus qu'en 2019, et 30% de mieux que ce sur quoi les investisseurs misaient. La situation sanitaire y est évidemment pour beaucoup - ce qui explique aussi pourquoi la direction associe à une partie (55 millions d'euros) du bénéfice opérationnel un caractère exceptionnel. Le confinement aux Pays-Bas a fait s'envoler de 30% le trafic de colis au quatrième trimestre. Si on ajoute à cela une meilleure politique de fixation des prix et une utilisation optimisée du résea...

Les chiffres du quatrième trimestre de 2020 sont tellement bons que PostNL s'est résolu à les publier plus tôt que prévu. L'acteur logistique, dont le siège est situé à La Haye, estime avoir achevé l'exercice sur un bénéfice opérationnel normalisé de 240 millions d'euros; c'est cinq fois plus qu'en 2019, et 30% de mieux que ce sur quoi les investisseurs misaient. La situation sanitaire y est évidemment pour beaucoup - ce qui explique aussi pourquoi la direction associe à une partie (55 millions d'euros) du bénéfice opérationnel un caractère exceptionnel. Le confinement aux Pays-Bas a fait s'envoler de 30% le trafic de colis au quatrième trimestre. Si on ajoute à cela une meilleure politique de fixation des prix et une utilisation optimisée du réseau, on obtient, pour cette activité, un bénéfice opérationnel de 75 millions d'euros, contre 35 millions d'euros au quatrième trimestre de 2019. La fin d'année mouvementée marque également la réussite du modèle de distribution de PostNL, qui s'est montré suffisamment flexible pour absorber les surcroîts de volumes.Contre toute attente, la pandémie a également soutenu l'envoi de courrier classique. La baisse des volumes n'a pas dépassé 0,2% au quatrième trimestre, contre des reculs de 10%, voire plus, en temps normal - faute de mieux, les gens se sont échangé énormément de cartes de voeux au mois de décembre. De nombreuses entreprises ont en outre expédié un cadeau aux membres de leur personnel. Le trafic postal classique achève par conséquent le trimestre sur un bénéfice opérationnel de 82 millions d'euros. On se croirait de retour au bon vieux temps! Les synergies issues de l'acquisition de Sandd, son concurrent, ont elles aussi soutenu les résultats du groupe.Les 55 millions d'euros de supplément de bénéfice opérationnel lié à la crise sanitaire ne sont - qui s'en plaindra? - pas reproductibles cette année. Le groupe postal néerlandais pronostique pour l'exercice un bénéfice opérationnel normalisé (ajusté pour tenir compte des résultats exceptionnels de l'an passé) supérieur à celui de 2020. La poursuite de l'amélioration des résultats comparables sera à mettre au crédit de la division Colis principalement; elle sera toutefois partiellement contrebalancée par la hausse des coûts des engagements de pension et par les dépenses de démarrage des nouveaux centres de distribution. Ces prévisions pourraient ceci dit s'avérer trop conservatrices, car le commerce électronique est désormais entré dans les moeurs, et PostNL continuera de bénéficier, surtout durant les premiers mois de l'année, des mesures visant à lutter contre la pandémie.Les résultats de 2020, l'abondance des cash-flows disponibles et la robustesse du bilan autorisent le groupe à verser un dividende. PostNL paiera donc 70% au moins du résultat total normalisé de 195 millions d'euros, soit 0,28 euro par action, ce qui représente un rendement en dividende de plus de 8%. La dette financière nette correspond à une fois le cash-flow opérationnel à peine.La crise sanitaire a résolument soutenu les chiffres de PostNL. Une partie du résultat est de nature exceptionnelle, mais le trafic de colis va continuer à progresser. Malgré la forte augmentation du cours de l'action ces 12 derniers mois, la valorisation, à un ratio cours/bénéfice de 11 et une valeur de l'entreprise (EV) correspondant à 5 fois le cash-flow opérationnel, demeure très intéressante. Les 8% de rendement en dividende sont évidemment un atout de plus. Nous maintenons notre recommandation d'achat. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 3,48 eurosTicker: PNLCode ISIN: NL0009739416Marché: Euronext AmsterdamCapit. boursière: 1,68 milliard EURC/B 2020: 8C/B attendu 2021: 11Perf. cours sur 12 mois: +118%Perf. cours depuis le 01/01: +32%Rendement du dividende: 8%