Tablant sur une progression continue de l'activité colis, la direction pronostique pour 2024 un bénéfice opérationnel récurrent de l'ordre de 330-370 millions d'euros; c'est 60 à 80 millions d'euros de plus qu'estimé initialement. Par conséquent, le bénéfice net atteindra au minimum 150 millions d'euros. Or la capitalisation boursière de PostNL s'élève aujourd'hui à 2,2 milliards d'euros. Les investisseurs paient donc neuf fois le bénéfice escompté en 2024, ce qui est tout sauf excessif pour une entreprise qui ne verra pas sa croissance s'arrêter à cet horizon.
...

Tablant sur une progression continue de l'activité colis, la direction pronostique pour 2024 un bénéfice opérationnel récurrent de l'ordre de 330-370 millions d'euros; c'est 60 à 80 millions d'euros de plus qu'estimé initialement. Par conséquent, le bénéfice net atteindra au minimum 150 millions d'euros. Or la capitalisation boursière de PostNL s'élève aujourd'hui à 2,2 milliards d'euros. Les investisseurs paient donc neuf fois le bénéfice escompté en 2024, ce qui est tout sauf excessif pour une entreprise qui ne verra pas sa croissance s'arrêter à cet horizon. Cette révision à la hausse a été à peine saluée en Bourse. Il faut dire que l'action a déjà beaucoup progressé ces derniers mois. Le relèvement du bénéfice opérationnel prévisionnel pour 2021, à 280-310 millions d'euros, n'a pas été mieux accueilli; la hausse du bénéfice découle de l'effet favorable de la crise sanitaire sur PostNL et sa progression au deuxième trimestre est surtout imputable à l'activité distribution de courrier. D'avril à juin en effet, la rentabilité de l'activité colis a stagné. Mais l'incidence positive de la crise et des confinements sur les activités de l'entreprise ne sera pas éternelle. Il y a donc fort à parier que le bénéfice opérationnel de 2022 sera inférieur à celui de 2021. Au deuxième trimestre, PostNL a traité cette année 11,4% de volumes de colis de plus que l'an dernier. La direction estime la croissance sous-jacente du trafic de colis - lire: la part de la croissance qui n'est pas attribuable à la crise - à environ 10%. A compter de 2022, elle annonce une croissance annuelle du trafic de colis de 11-13%. Mais, les consommateurs achèteront-ils alors autant en ligne qu'aujourd'hui? Voilà une question à laquelle il est pour l'heure très difficile de répondre. PostNL entend quoi qu'il en soit augmenter son budget d'investissement de quelque 450 millions d'euros pour accroître sa capacité de distribution. L'entreprise investira 950 millions d'euros sur la période 2022-2024. A environ une fois le cash-flow opérationnel (Ebitda), l'endettement est maîtrisé puisque l'Ebitda est suffisamment abondant pour financer tant les investissements que le dividende. Comme évoqué plus haut, la rentabilité de l'activité colis a déçu au deuxième trimestre, mais notons que la baisse, de 60 à 54 millions d'euros, s'explique aussi par une hausse exceptionnelle des coûts. PostNL estime la croissance sous-jacente du bénéfice opérationnel à 6 millions d'euros. Au deuxième trimestre, les volumes de courrier expédiés ont pour leur part augmenté de 4,8%, mais non seulement la base de comparaison était favorable et en outre, ils ont été portés par les invitations à se faire vacciner. Le bénéfice opérationnel de la division a ainsi bondi à 23 millions d'euros. Sauf que l'on sait que cela ne se reproduira pas de sitôt. La distribution de courrier accuse en effet une baisse sous-jacente de 7% au deuxième trimestre et PostNL s'attend pour les trimestres qui viennent à une contraction des volumes de 8% en glissement annuel. L'action a besoin de reprendre son souffle après sa forte progression du premier semestre. Le bénéfice opérationnel ne devrait plus être porté par la crise, l'an prochain. Cependant, la croissance sous-jacente de l'activité colis est appelée à durer. La valorisation reste tout à fait correcte, à un rapport cours/bénéfice de 10 et un rendement de dividende de 8%. Bien que l'action puisse ne repartir à la hausse que dans quelque temps, nous maintenons notre conseil d'achat. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 4,44 eurosTicker: PNLCode ISIN: NL0009739416Marché: Euronext AmsterdamCapit. boursière: 2,26 milliards EURC/B 2020: 8C/B attendu 2021: 10Perf. cours sur 12 mois: +83%Perf. cours depuis le 01/01: +57%Rendement du dividende: 8%