La crise particulièrement lourde que traverse le secteur pétrolier affecte le spécialiste norvégien des services sismiques en 3D. Pour que la demande de services sismiques se reprenne, un redressement plus durable, et de préférence un cours pétrolier plus élevé, sont nécessaires. Depuis le sommet en 2013, la capacité a déjà baissé de 45%, mais la pression sur les tarifs demeure. Pour Polarcus, accablé de dettes, fin 2015 il n'y avait rien d'autre à faire que de procéder à un important réaménagement de la dette et à une recapitalisation. Lesquels ont résulté en février dans l'émission de 463,5millions de nouvelles actions, une dilution énorme mais inévitable, par rapport aux 66,9mil...