Polarcus avait réagi trop tard, en 2014, à la profonde crise du secteur pétrolier et en est encore affecté aujourd'hui, accablée de dettes. Heureusement, le spécialiste des services sismiques en 3D a nommé en février 2015 l'expérimenté Rod Starr au poste de CEO. Depuis lors, le groupe a sabré dans les coûts (frais bruts de 71,2 millions de dollars début 2015 à 50 millions fin 2016), sans cependant négliger l'innovation technologique, essentielle pour rester au top dans ce segment high tech.
...