Le producteur allemand d'énergie éolienne PNE Wind Group a annoncé la semaine dernière une information importante concernant ses activités au Royaume-Uni. Lors de la présentation des résultats du premier trimestre, PNE avait déjà fait part de son intention de s'allier à un partenaire financier robuste pour accélérer le développement de son portefeuille onshore (sur la terre ferme) étendu en Ecosse. Finalement, PNE a décidé de vendre la totalité de sa participation de 90% dans sa filiale britannique PNE Wind UK pour 103 millions de livres (GBP), soit quelque 141,3 millions EUR. L'acheteur est Brookfield, un grand investisseur international, qui a immédiatement v...

Le producteur allemand d'énergie éolienne PNE Wind Group a annoncé la semaine dernière une information importante concernant ses activités au Royaume-Uni. Lors de la présentation des résultats du premier trimestre, PNE avait déjà fait part de son intention de s'allier à un partenaire financier robuste pour accélérer le développement de son portefeuille onshore (sur la terre ferme) étendu en Ecosse. Finalement, PNE a décidé de vendre la totalité de sa participation de 90% dans sa filiale britannique PNE Wind UK pour 103 millions de livres (GBP), soit quelque 141,3 millions EUR. L'acheteur est Brookfield, un grand investisseur international, qui a immédiatement versé 40 millions GBP. Les 63 millions GBP restants seront payés en plusieurs tranches au fil du développement des différents projets. Le calendrier de développement court encore jusqu'en 2022. Il s'agit de la plus grande transaction réalisée par PNE depuis la vente des projets offshore (en mer) Godewind I, II et III au groupe danois Dong Energy en 2012. L'entreprise franchit ainsi une étape importante dans la réalisation de ses objectifs, dont un bénéfice opérationnel (EBIT) cumulé de 110 à 130 millions EUR entre 2014 et 2016. Ces six dernières années, PNE a dépensé un total de 27 millions GBP pour le développement de son portefeuille en Ecosse, qui représente, avec 1100 MW, le deuxième marché du groupe après l'Allemagne, son pays d'origine (1341 MW). Le portefeuille onshore du groupe s'élève désormais à 4900 MW. Le produit de la vente sera notamment affecté au développement d'une nouvelle activité d'" Independent Power Producer " (IPP). Un IPP achète des projets finis à des développeurs comme PNE, afin de reverser un dividende stable sur les revenus de la production. En 2014, PNE n'avait récolté que la moitié des 80 millions EUR visés pour le démarrage de l'IPP. Aucun dividende n'a été versé (économie de 8,2 millions EUR par rapport à l'an dernier), et 4.578.500 actions ont été émises à 2,065 EUR par action en mai dernier. L'émission, qui a permis de récolter 9,45 millions EUR brut, a notamment été souscrite par Oddo Seydler Bank. Deux projets seront encore intégrés à l'IPP cette année: Chransdorf, le plus grand projet de l'histoire de PNE, avec 24 éoliennes et une puissance totale de 57,6 MW, et Waldfeucht/Selfkant, 9 MW. L'objectif est de constituer un portefeuille de 150 MW d'ici fin 2016, après quoi l'activité d'IPP sera vendue en tout ou en partie, ou introduite séparément en Bourse. PNE table sur une valeur de 2,3 à 2,5 millions EUR par MW. Le litige avec Volker Friedrichsen, l'ancien propriétaire de WKN, concernant une possible survalorisation des actifs lors de la vente à PNE, n'a toujours pas été tranché. Friedrichsen continue à acheter des actions et détient désormais 14,4% de PNE. Une tentative visant à écarter Friedrichsen et deux complices du conseil d'administration a échoué parce que l'assemblée générale n'a pas pu avoir lieu. ConclusionL'action PNE Wind n'a profité que temporairement de la vente de sa filiale au Royaume-Uni. Elle reste orientée à la baisse depuis l'annonce du lancement d'une activité d'IPP en septembre 2014. Nous voyons dans la vente une première étape dans le rétablissement de la confiance. L'action possède à nos yeux un fort potentiel de redressement.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B