Après une période mouvementée marquée par plusieurs conflits en interne, PNE Wind semble avoir enfin pu se concentrer sur les aspects opérationnels. Plus spécifiquement, à court terme, le groupe s'attelle à déployer le portefeuille de parcs éoliens opérationnels dans le cadre de l'activité d'"Independent Power Producer" (IPP) démarrée en 2014. L'idée qui sous-tend la réorientation stratégique est que la vente de ce portefeuille doit se faire à un prix supérieur à celui de la vente d'un parc éolien individuel, lequel est souvent non encore opérationnel. Le déploiement exige cependant du temps et un préfinancement plus long, et les investisseurs n'ont que peu apprécié ce re...

Après une période mouvementée marquée par plusieurs conflits en interne, PNE Wind semble avoir enfin pu se concentrer sur les aspects opérationnels. Plus spécifiquement, à court terme, le groupe s'attelle à déployer le portefeuille de parcs éoliens opérationnels dans le cadre de l'activité d'"Independent Power Producer" (IPP) démarrée en 2014. L'idée qui sous-tend la réorientation stratégique est que la vente de ce portefeuille doit se faire à un prix supérieur à celui de la vente d'un parc éolien individuel, lequel est souvent non encore opérationnel. Le déploiement exige cependant du temps et un préfinancement plus long, et les investisseurs n'ont que peu apprécié ce revirement stratégique. PNE espère déployer d'ici fin 2016 un portefeuille de 150mégawatts (MW), dont la vente devrait rapporter entre 2,3 et 2,5millions EUR par MW. Pour procéder à la vente de l'IPP, les options considérées consistaient en une introduction en Bourse séparée (IPO) et une vente, partielle ou non. Début septembre, le groupe a cependant opté définitivement pour une vente directe à un ou plusieurs investisseurs. Le portefeuille se composait fin juin de sept parcs éoliens, d'une capacité totale de 136,5MW, dont trois (38,1MW) ventes seront finalisées au second semestre. Si l'on tient compte d'un projet supplémentaire pour lequel une approbation définitive est attendue, le portefeuille disponible totalisera 152MW. Il est clair qu'une vente cette année contribuerait à la réalisation de l'objectif de 110 à 130millions EUR de bénéfice opérationnel cumulatif (EBIT) sur la période de 2014 à 2016. En 2014, l'EBIT s'élevait en effet seulement à 2,7millions EUR, et l'an dernier, à 9,8millions EUR. Ce dernier montant nettement inférieur aux prévisions est notamment la conséquence de la non-obtention de l'autorisation pour le parc éolien Sallachy (66MW), en Écosse, lequel devrait fournir jusque 25millions EUR. Pour cette année, la nouvelle direction table sur un EBIT à hauteur de 100millions EUR, un objectif qui ne sera atteint que si l'IPP est vendu. Au premier semestre, PNE a enregistré un EBIT négatif de 1,4million EUR, contre un EBIT de 24millions EUR l'an dernier, obtenu grâce à la vente du portefeuille onshore (sur la terre ferme) écossais. Le résultat net a reculé de 18,4millions EUR ou 0,25EUR par action, à -7,8millions EUR ou -0,1EUR par action. Naturellement, PNE poursuit le développement de son portefeuille, en marge de l'IPP. Ainsi WKN a-t-il conclu en début d'année un accord de collaboration d'une durée de trois ans avec la société d'investissement John Laing. En septembre, une première transaction en a découlé. Début juillet, WKN a livré le parc éolien allemand Westerengel (23,1MW) à la société d'investissement allemande CEE. Le portefeuille onshore total s'élevait fin juin à 4733MW. S'agissant du portefeuille offshore (en mer; lequel affichait un total, fin juin, de 4984MW, dont 2160MW ont été vendus), une décision d'investissement a été prise en juin par son partenaire Dong au sujet de Borkum RiffgrundII, qui a généré 3,2millions EUR. ConclusionNous sommes heureux du choix de PNE Wind Group d'une vente directe de son portefeuille de parcs éoliens. L'évolution de cours est plus stable depuis peu, et nous relevons notre conseil car, à notre estime, le marché tient trop peu compte d'une possible vente cette année.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B