Le spécialiste allemand de l'énergie éolienne est parvenu à surprendre agréablement le marché l'an dernier. Fin 2016, les Allemands avaient cédé à un fonds d'Allianz 80% de leur portefeuille de parcs éoliens opérationnels, d'une capacité totale de 142 mégawatts (MW), pour 103 millions d'euros. Dettes comprises, le prix de vente s'est élevé à 330 millions d'euros, soit 2,31 millions d'euros par mégawatt, un chiffre qui se situe dans la fourchette escomptée de 2,3 à 2,5 millions. Une clause du contrat de vente prévoyait la possibilité d'augmenter le prix en cas d'optimisation ultérieure des coûts. Ce fut le cas, et PNE a en conséquence annoncé lors de la présentation des résultats du troisième trimestre que le prix de vente avait été relevé de 30 ...

Le spécialiste allemand de l'énergie éolienne est parvenu à surprendre agréablement le marché l'an dernier. Fin 2016, les Allemands avaient cédé à un fonds d'Allianz 80% de leur portefeuille de parcs éoliens opérationnels, d'une capacité totale de 142 mégawatts (MW), pour 103 millions d'euros. Dettes comprises, le prix de vente s'est élevé à 330 millions d'euros, soit 2,31 millions d'euros par mégawatt, un chiffre qui se situe dans la fourchette escomptée de 2,3 à 2,5 millions. Une clause du contrat de vente prévoyait la possibilité d'augmenter le prix en cas d'optimisation ultérieure des coûts. Ce fut le cas, et PNE a en conséquence annoncé lors de la présentation des résultats du troisième trimestre que le prix de vente avait été relevé de 30 millions d'euros, ce qui correspond à une valeur d'entreprise de 360 millions d'euros. Le groupe a dès lors pu relever la fourchette prévisionnelle de bénéfice d'exploitation (Ebit) pour l'année 2017, de 0-15 millions d'euros à 17-23 millions. Grâce à la vente, fin 2017, de deux projets français, d'une capacité conjointe maximale de 21 MW, l'Ebit se situera dans le haut de cette nouvelle fourchette. PNE a en outre vendu fin décembre le solde de sa participation dans le portefeuille de parcs éoliens opérationnels, à Allianz également, pour 23 millions d'euros. PNE les a affectés au financement d'un nouveau portefeuille de projets, des parcs éoliens situés en France et en Allemagne, d'une capacité totale de 200 MW. Le groupe ambitionne de les vendre, en tout ou partie, en 2020. L'un d'eux, d'une capacité de 43,2 MW, est déjà opérationnel en Allemagne depuis décembre. Globalement, ce fut donc pour PNE Wind un bon exercice, que la direction avait qualifié d'année de transition. Lors de la présentation de son nouveau plan stratégique, le 15 novembre, la direction avait surpris les marchés lorsqu'elle avait fait part de son intention d'étendre ses activités à d'autres formes d'énergie alternative. Une décision prise en anticipation d'une baisse des prix et d'une érosion de ses marges, inévitables dès lors que l'attribution des permis pour les projets onshore (sur la terre ferme) se déroule de plus en plus souvent selon un système d'enchères, ce qui accroît la concurrence. PNE va investir 10 millions d'euros dans l'énergie solaire, le développement d'unités de production indépendantes combinant plusieurs sources d'énergie renouvelable, des solutions énergétiques intelligentes, etc. Le groupe envisage par ailleurs d'acquérir des projets dans d'autres régions que l'Europe et l'Amérique du Nord. PNE entend réduire le caractère hautement variable des résultats en accroissant la part des revenus récurrents. Entre 2010 et 2016, le groupe a réalisé un Ebit moyen de 30,5 millions d'euros, le résultat de plusieurs années d'Ebit négatif et d'une année record, 2016 (Ebit de 97 millions). D'ici à 2023, l'Ebit doit s'accroître de 30 à 50%, pour atteindre 40 à 45 millions d'euros. PNE a déjà signé un accord de collaboration avec le bureau d'ingénieurs allemand VPC portant sur le déploiement d'îlots d'énergie. Les nouvelles activités ne contribueront de manière significative au résultat qu'en 2020. Ces derniers mois, le titre PNE Wind a progressé grâce aux résultats supérieurs aux prévisions. Mais le nouveau plan stratégique du groupe n'a reçu qu'un accueil mitigé. Nous maintenons notre conseil inchangé car nous restons convaincus de pouvoir ramasser la valeur à meilleur compte dans les 12 à 18 prochains mois. Conseil : vendreRisque : moyenRating : 3BCours : 3,14 eurosTicker : PNE3 GYCode ISIN : DE000A0JBPG2Marché : Francfort Capit. boursière : 240 millions EUR C/B 2016 : 4C/B attendu 2017 : 22Perf. cours sur 12 mois : +45 %Perf. cours depuis le 01/01 : +11 %Rendement du dividende : 1,3 %