Le cours de Bourse de Picanol se situe à un record historique, alors que ce n'est pas le cas de l'indice BEL20. À juste titre. Car après une excellente année 2015, le producteur de métiers à tisser est en passe de connaître un "grand cru" en 2016, la meilleure année de son histoire, tant en ce qui concerne le chiffre d'affaires (CA) que le bénéfice. Soulignons cependant que 2014 fut une année plus difficile (repli du CA de 25,3%, à 418,2millions EUR par rapport à l'année record 2013). Mais l'an dernier, Picanol a connu une nouvelle hausse de son CA, de 21% à 529,3millions EUR, le deuxième meilleur CA de son histoire. Cette évolution positive s'est confirmée au ...

Le cours de Bourse de Picanol se situe à un record historique, alors que ce n'est pas le cas de l'indice BEL20. À juste titre. Car après une excellente année 2015, le producteur de métiers à tisser est en passe de connaître un "grand cru" en 2016, la meilleure année de son histoire, tant en ce qui concerne le chiffre d'affaires (CA) que le bénéfice. Soulignons cependant que 2014 fut une année plus difficile (repli du CA de 25,3%, à 418,2millions EUR par rapport à l'année record 2013). Mais l'an dernier, Picanol a connu une nouvelle hausse de son CA, de 21% à 529,3millions EUR, le deuxième meilleur CA de son histoire. Cette évolution positive s'est confirmée au 1ersemestre de 2016. Et de quelle manière! Le CA s'est établi à 329,7millions EUR, le meilleur premier semestre de son histoire, et 27% de plus que les 260millions EUR du 1ersemestre de l'an dernier. Le consensus des analystes par rapport au CA était plutôt proche de 275millions EUR. La division Métiers à tisser (CA +30,4%) a connu une croissance à nouveau largement supérieure à celle de la division Industries (+19%) grâce à la demande toujours élevée de métiers à tisser et au yen vigoureux, alors que le pôle Industries a été affecté du fait des moins bons achats d'outils agricoles. Même si Industries a malgré tout pu présenter une hausse de 7% du CA "à des tiers" (clients autres que Picanol). Le bénéfice opérationnel (EBIT) s'est hissé de 40,2 à 66,9millions EUR ou +66,4%, ce qui suppose une augmentation de la marge d'EBIT de 15,5 à 20,3%. Le bénéfice net au niveau du groupe a totalisé 60,4millions EUR (3,41EUR par action), dont 12,3millions EUR proviennent de Tessenderlo Group. Vous trouverez les commentaires des chiffres semestriels du groupe chimique en rubrique Portefeuille. La contribution au résultat net de Picanol s'élève à environ 20%. La hausse du bénéfice net ressort à 43,6% par rapport au 1ersemestre de 2015 (42millions EUR ou 2,37EUR par action). C'est moins sensible que l'augmentation de l'EBIT car l'augmentation de la contribution de Tessenderlo est restée limitée à environ 5%. Avec un carnet de commandes bien garni, la direction peut envisager une année 2016 encore meilleure. Ce qui signifie un CA annuel proche de celui de l'année record absolue 2013 (CA d'environ 560millions EUR). Après un excellent premier semestre, la direction anticipe une hausse de 10% de son CA par rapport à l'année record 2013, soit un CA proche de 615millions EUR. Les commandes supplémentaires découlant du salon ITMA de Milan (assimilable aux Jeux Olympiques de par son importance) à l'automne dernier y contribuent très certainement. À long terme également, l'optimisme est de mise. Une famille moyenne vivant dans les favelas brésiliennes ne possède que 7vêtements; une famille occidentale moyenne en possède 220 (!). Ou 0,5kilo (kg) de textile, contre 22kg en moyenne pour un Européen et 26kg pour un Américain. ConclusionLe chiffre d'affaires et le résultat du premier semestre 2016 ont dépassé largement nos prévisions. Nous pouvons donc relever prudemment notre prévision de bénéfice pour 2016 d'une fourchette de 5 à 5,5EUR par action, à 5,5 à 6EUR. La valorisation est donc loin d'être excessive. Depuis la mi-2009, nous sommes positifs à l'égard de l'action, et c'est toujours le cas aujourd'hui.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B