Le ralentissement sensible du marché mondial des métiers à tisser en 2014, que Picanol a évoqué lors de la publication des résultats annuels record de 2013, s'est traduit par un repli de 27,7% du chiffre d'affaires (CA) par rapport aux six premiers mois de l'an dernier. Ce qui démontre une fois de plus le caractère cyclique de l'activité. Le producteur flamand de métiers à tisser a enregistré au 1er semestre un CA de "seulement" 219,9 millions EUR, contre un CA record de 304 millions EUR au 1er semestre de l'an dernier. Un handicap supplémentaire cette année fut la vigueur de l'euro. La division Industries (avec Proferro et PsiControl, mais aussi Melotte, un petit acteur...

Le ralentissement sensible du marché mondial des métiers à tisser en 2014, que Picanol a évoqué lors de la publication des résultats annuels record de 2013, s'est traduit par un repli de 27,7% du chiffre d'affaires (CA) par rapport aux six premiers mois de l'an dernier. Ce qui démontre une fois de plus le caractère cyclique de l'activité. Le producteur flamand de métiers à tisser a enregistré au 1er semestre un CA de "seulement" 219,9 millions EUR, contre un CA record de 304 millions EUR au 1er semestre de l'an dernier. Un handicap supplémentaire cette année fut la vigueur de l'euro. La division Industries (avec Proferro et PsiControl, mais aussi Melotte, un petit acteur dans l'impression 3D) est parvenu à encore progresser et à séduire de nouveaux clients "externes", et à limiter le repli du CA à -15%, contre -31% dans la plus grande division Weaving Machines (repli des volumes de 40%). Pour la direction, ces chiffres sont en ligne avec les prévisions, puisque la prévision avancée lors de la publication des résultats annuels, selon laquelle son CA du 1er semestre 2014 serait comparable à celui du 1er semestre 2012 (CA de 219,1 millions EUR) était donc correcte à moins d'un million EUR près. Des résultats supérieurs aux prévisions ont également été annoncés par Tessenderlo Group (lire également le Portefeuille). Comme vous le savez, l'an dernier, Picanol a surpris le marché en investissant son excédent de liquidités dans une participation de 27,5% dans Tessenderlo. Picanol est ainsi devenu en une seule fois le plus grand actionnaire de Tessenderlo Group. Le prix de rachat s'élevait à 22 EUR par action. L'objectif de l'achat était d'offrir une réponse aux importantes fluctuations dans le secteur textile. Cela lui a plutôt bien réussi au 1er semestre, avec une contribution au bénéfice de 5,5 millions EUR pour Tessenderlo Group, ce qui a porté le bénéfice net non pas à 24,6, mais à 30,1 millions EUR (1,70 EUR par action) pour la période janvier-juin. Le cours de Tessenderlo Group a cependant été affecté par l'évocation d'une augmentation de capital. La participation dans la capitalisation boursière totale de Picanol s'élève presque à 40%. La capitalisation boursière des activités de métiers à tisser et industrielles totalise environ 300 millions EUR. Le CEO Luc Tack a annoncé qu'il était "heureux" d'être actionnaire de référence de Tessenderlo et qu'il mettrait tout en oeuvre pour en sortir le meilleur. Dans le secteur des métiers à tisser, la faiblesse cyclique perdure. Un repli comparable du CA et du bénéfice comme au 1er semestre est également espéré au 2e semestre. A titre de rappel : un CA de 255,9 millions EUR au 2e semestre et un bénéfice net de 30,7 millions EUR. Cependant, Tack a annoncé qu'il ne s'agissait pas d'un repli structurel. L'essor des pays émergents est une aubaine pour l'industrie textile. Une famille moyenne vivant dans les favelas brésiliennes ne possède que 7 vêtements différents ; une famille occidentale moyenne en possède 220 ! ConclusionNotre estimation d'un bénéfice 2014 proche de 3 EUR par action semble réaliste sur base des nouvelles prévisions. Le titre est toujours bon marché, avec un rapport cours/bénéfice attendu de 9 (de plus, année bénéficiaire difficile) et surtout un rapport entre la valeur d'entreprise (EV)/cash-flow opérationnel (EBITDA) de moins de 4.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B