Picanol ne publiera pas ses résultats annuels avant deux mois, mais l'on sait que la pandémie a considérablement impacté les ventes de métiers à tisser. Le secteur avait déjà été à la peine en 2019 en raison de la guerre commerciale que se livraient les Etats-Unis et la Chine. Si les résultats du 2e semestre de 2020 sont du même acabit que ceux publiés pour la même période un an plus tôt, "l'ancienne" Picanol (seuls les métiers à tisser) verra son chiffre d'affaires (CA) baisser de quelque 40% et son bénéfice, d'environ 70%, par rapport à leur pic. Cela dit, il n'y a rien de neuf sous le soleil: cette industrie est (très) cyclique. Rappelons d'ailleurs que c'est en vue de réduire la cyclicité de Picanol que son CEO et actionnaire majoritaire, Luc Tack, a décidé de...

Picanol ne publiera pas ses résultats annuels avant deux mois, mais l'on sait que la pandémie a considérablement impacté les ventes de métiers à tisser. Le secteur avait déjà été à la peine en 2019 en raison de la guerre commerciale que se livraient les Etats-Unis et la Chine. Si les résultats du 2e semestre de 2020 sont du même acabit que ceux publiés pour la même période un an plus tôt, "l'ancienne" Picanol (seuls les métiers à tisser) verra son chiffre d'affaires (CA) baisser de quelque 40% et son bénéfice, d'environ 70%, par rapport à leur pic. Cela dit, il n'y a rien de neuf sous le soleil: cette industrie est (très) cyclique. Rappelons d'ailleurs que c'est en vue de réduire la cyclicité de Picanol que son CEO et actionnaire majoritaire, Luc Tack, a décidé de devenir l'actionnaire de référence du groupe Tessenderlo en 2014. Et l'homme a eu bien raison de le faire. Sans les résultats de Tessenderlo, consolidés dans ceux de Picanol depuis le début de 2019, ce dernier aurait signé un mauvais premier semestre, l'an passé. Le CA de la division Machines&Technologies ("l'ancienne" Picanol) a en effet reculé de 24% en un an, à 200,6 millions d'euros. Le cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) y a plongé de 52%, à 13,5 millions d'euros, et le bénéfice opérationnel ajusté (Rebit) y a cédé 66%, à 33,1 millions d'euros; Picanol a continué à investir pleinement, dans l'espoir de consolider sa position de leader. Au premier semestre de 2020, Tessenderlo a apporté à lui seul 82% du CA du groupe. Sa division Agro, la plus importante, qui comprend notamment Tessenderlo Kerley (laquelle produit des engrais spécialisés provenant de flux de déchets de raffineries), a fait part d'une hausse de son CA de 3%, à 362,2 millions d'euros. Si l'on fait abstraction des éléments exceptionnels, l'Ebitda y a progressé de 20%, à 84,5 millions d'euros. Le redressement spectaculaire de la division Biovalorisation (transformation de déchets d'abattage et gélatine) témoigne des efforts de la direction: certes, les conditions de marché ont été favorables, mais c'est également et surtout la modernisation des usines et l'accent mis sur les produits à plus haute valeur ajoutée et sur les clients les plus fiables qui ont permis une hausse de 8% du CA et un bond de 80% du Rebitda, à 45,3 millions d'euros, au premier semestre. La division Solutions industrielles (systèmes de canalisations en plastique et traitement de l'eau) a pour sa part signé un semestre en demi-teinte, et la crise sanitaire n'y est pas étrangère: le CA s'est replié de 8%, mais le Rebitda est resté stable, à 24,8 millions d'euros. Quant à T-Power, la centrale au gaz, elle a réalisé un CA comparable (34,6 millions d'euros) à celui de l'année précédente et, soutenu par des gains d'efficacité, son Rebitda a progressé de 12%, à 27,4 millions d'euros. Au niveau du groupe, le CA a reculé de 4% en un an, à 1,13 milliard d'euros, mais le Rebitda a, lui, progressé de 13%, à 195,5 millions d'euros, et le bénéfice a atteint 36,6 millions d'euros (par action: 2,07 euros). La trésorerie s'est accrue, à 320 millions d'euros (ou près de 18 euros par action); voilà qui permettra à Picanol d'encore acheter des actions Tessenderlo (à un prix attrayant).Après plusieurs très bonnes années, le marché des métiers à tisser connaît une période difficile. Consolidés dans Picanol, les résultats de Tessenderlo éclaircissent heureusement le tableau. Pour 2020, la direction a indiqué s'attendre à un Rebitda en hausse par rapport à 2019 - pour autant qu'il n'y ait pas de nouvelle vague de Covid-19, cela va sans dire. Nous maintenons notre recommandation. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 62,40 eurosTicker: PIC BBCode ISIN: BE0003807246Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,10 milliard EURC/B 2019: 24C/B attendu 2020: 19Perf. cours sur 12 mois: -4%Rendement du dividende: 0,4%